Menu


International

Une Française se bat pour sa fille retenue dans une secte à l'île Maurice


Rédigé par E. Moris le Jeudi 16 Juillet 2020



Au cœur de la nuit, les auditeurs se livrent en toute liberté aux oreilles attentives et bienveillantes d'Olivier Delacroix sur les ondes d'Europe 1.

Le 3 juin 2020, une voix brisée par l'émotion se confie et raconte son calvaire. Elle déroule durant des minutes, ces années de combat à taper à toutes les portes pour récupérer sa fille retenue par sa mère et sa soeur dans une secte à l'île Maurice. (Podcast Libre Antenne du 3/06/20)  

Le dossier s'annonce compliqué, l'enfant avait cinq ans lorsqu'elle a atterri entre les mains de la secte, aujourd'hui elle est majeure.

Comme toutes les personnes victimes de l'embrigadement d'une secte, la petite fille a grandi dans un environnement avec des règles religieuses strictes. Elle aurait «subi un lavage de cerveau» durant ces années de "captivité", qui ne lui donne aucune occasion de retrouver ses parents biologiques librement. Par ailleurs, les courriers au Premier ministre, au ministères des Affaires étrangères et différentes instances sont restées lettres mortes. L'ambassade de France, se renvoie la balle dans le cas de Sabrina.

Le pasteur et sa femme, Miki et Audrey Hardy, fondateurs d'un réseau pentecôtiste local, le "Church Team Ministries International", de nouveau au coeur d'un scandale d'enlèvement d'enfants.

Le couple mauricien a en fait mis sur pied le réseau Church Team Ministries International. En 2009, une affaire similaire fait grand bruit à l'international, lorsqu'un père sud-africain débarque à Maurice pour «aider son aînée à sortir de l’emprise d’un groupe de personnes membres de l’Eglise chrétienne» dirigée par Audrey Hardy. 

Steve Goddard, a passé des semaines sur l'île à remuer ciel et terre pour revoir sa fille, Hayley âgée de 19 ans à l'époque.

Cette dernière avait quitté l’Afrique du Sud et vit à Maurice en rejoignant la Church Team Ministries International (CTMI). Le Sud-Africain pense que sa fille aurait «subi un lavage de cerveau» et a déclenché toute une procédure, tout comme Sabrina, la maman Française. Leurs enfants seraient embrigadés dans des mariages arrangés sans leur consentement. L’Eglise Chrétienne pour sa part, abuserait de la vulnérabilité de ces jeunes gens qui coupent les liens avec leurs parents.

Ces parents en détresse face à un système qui ne les aide pas, ont mis en place, un groupe : Concerned Parents Group (CPG), qui rassemble plus de 200 parents de différentes nationalités et qui vivent la même situation.

Moins d’une dizaine de personnes sont impliquées dans les affaires à Maurice. Ils demandent tous qu'un fact-finding committee soit institué au plus vite et que la loi contre le trafic humain soit appliquée.

L’église chrétienne est accusée de prosélytisme depuis des années, mais continue d'opérer à la barbe et au nez des autorités. Leur ligne de défense est simple: on ne peut pas qualifier un groupe de "secte" à Maurice.

Le leader du MMM, Paul Bérenger, à l'époque avait déjà réclamé une enquête approfondie sur les agissements de cette église et le lien qui existerait entre certains dirigeants politiques. Xavier-Luc Duval, le leader du PMSD est particulièrement ciblée. Sa présence à des fonctions officielles de l’église chrétienne est source de critiques.

C’est à l’île Maurice que Mary Pierce, ex-championne de Roland Garros a posé ses valises en 2008, en rejoignant le "Church Team Ministries International", de Miki et Audrey Hardy».

Rappelons que l’église catholique, pour sa part, qualifie ce groupe de «secte» et que l’Union Européenne a confirmé que l’APSA et d’autres organisations en lien avec la Church Team Ministries International (CTMI) ont bénéficié injustement du Decentralised Programme of Cooperation (DPC) de l’Union Européenne. Ces fonds auraient pu aller à d’autres ONG plus méritantes. 

 



1.Posté par Thierryasticot le 16/07/2020 19:21
L'église catholique s'était dressé contre ce groupe car elle perdait beaucoup de membres, c'était simplement une façon de se venger et de ne pas accepter que les gens ont le droit de choisir leurs croyances.

2.Posté par Ti piment le 17/07/2020 12:03
Tout d abord la grande Prostituée est mal placée pour qualifier cette Église.
Pourquoi à la base son enfant était sous la garde de la grand mère visiblement ?
Encore une histoire de famille qu on met sur le dos d une église.
Mais cela doit arriver

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.