Politique

Un énième contrat pour les frères Rughoobur !

Jeudi 28 Juin 2018

Un jour, un scandale. Ils ont dû se donner le mot et se tenir à un code d'honneur : "toute personne qui n'est pas prête à ternir l'image de ce pays en l'air n'est pas des nôtres". Chaque jour son lot de scandales et rien ne semble vouloir stopper l'hémorragie.


Sudhesh Rughoobur  et son partenaire en affaire Bernard Cohen
Sudhesh Rughoobur et son partenaire en affaire Bernard Cohen
Les frères Rughoobur ont décroché un contrat de construction de Rs 23 millions pour le compte de la Local Government Services Commission.

Si le député du n°6 MSM, Sudesh Rughoobur a quitté le poste de CEO de Keep Clean Ltd après son entrée à l'Assemblée, il est consultant chez Pro Construction and Renovation Works (PCRW) et Africa Supplies and Services Ltd (ASAS), et parmi les directeurs, se trouve Premdath Rughoobur, frère du député du MSM Sudesh Rughoobur. 

Pro Constructions ans Renovation Works (PCRW) en avril dernier avait fait l'objet d'une enquête pour fraude fiscale présumée.

Les frères Rughoobur étaient soupçonnés de fausses factures

La Mauritius Revenue Authority (MRA) avait fait éclater l'affaire le 14 décembre 2017 en écrivant une lettre à une société de construction : Govindramen Constructions. La MRA avait exigé des explications concernant des factures d'un montant de Rs 80 millions durant l’année financière 2015-2016 émises par Pro Construction and Renovation Works (PCRW).

Soupçonnant que ces factures étaient fausses et fabriquées, Govindramen Constructions a porté l’affaire au Central Criminal Investigation Department (CCID) et dément avoir travaillé sur un quelconque projet "MGSS-Moka" que le député en tant que consultant de l'entreprise familiale avait émis par email en exigeant un relevé de comptes.

En avril 2017, Sudesh Rughoobur est accusé de détournement de Rs 20 millions.

Bruno Cohen, actionnaire dans la Société fournisseur d’énergies renouvelables Maurice, a porté plainte pour détournement de fonds contre ce dernier.

Il est partenaire en affaire depuis 2011 avec Sudesh Rughoobur.

Le ressortissant français allègue que Sudesh Rughoobur aurait émis 270 chèques sans provision lorsqu’il était Chief Executive Officer de la société et aurait détourné Rs 20 millions sans s'acquitter de taxes pendant deux ans. 

Et comme un scandale en entraîne un autre, la société Atics Ltd de Bernard Cohen était déjà dans le collimateur de l'opposition suite à une question parlementaire qui peut interpeller plus d'un. L'homme d'affaires est une figure connue du paysage politique et économique réunionnais. Président de la SFER (centrales solaires photovoltaïques) et candidat à la présidence du CCIR aux dernières élections.

Soutien politique de l'extrême droite réunionnaise, il a fait l'actualité des faits divers lorsque une adolescente a porté plainte contre lui pour agressions sexuelles. Une enquête préliminaire a été ouverte, à la suite d'une garde à vue, enquête toujours en cours.

Sudesh Rughoobur, député du MSM de Grand-Baie-Poudre d’Or est consultant et actionnaire chez Atics Ltd (entreprise spécialisée dans la collecte et le traitement des déchets) et Keep Clean Ltd. Ce  sont des sociétés de nettoyage qui n'ont cessé de rafler régulièrement des contrats auprès des institutions gouvernementales.

Un portefeuille clients qui fait rêver :

La CEB (Central Electricity Board), les ministères de la Sécurité sociale et de l’Environnement, le campus de l’Université de Technologie de Maurice (UTM), les ministères des Collectivités locales, du Sport, de l’Éducation, des Infrastructures publiques, la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC), Mauritius Telecom (MT), la Central Water Authority (CWA), le Fashion Design Institute (FDI), Mauritius Post Ltd, le Mauritius Police Force (MPF), sont ainsi les principaux clients de Keep Clean ltd.

Rédigé par E. Moris le Jeudi 28 Juin 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.