Menu

Société

Tourisme à l'île Maurice : tests PCR et frais de Rs 13 500 imposés aux voyageurs étrangers


Rédigé par E. Moris le Lundi 14 Décembre 2020



Il faut renflouer les caisses de l'Etat et le gouvernement mauricien n'a rien trouvé de mieux que de prendre les touristes, inexistants depuis mars, pour des vaches à lait !

Actuellement, les touristes qui séjournent pendant une longue période, ceux qui ont un permis de travail et les Mauriciens, sont soumis au test Polymerase Chain Reaction (PCR) à l’arrivée sur le territoire mauricien. Le Conseil des ministres a avalisé l’introduction de nouveaux règlements sous Les Quarantine (Covid-19) (Amendment No.6) Regulations 2020. Des règlements qui imposeront à tout étranger arrivant à Maurice à se soumettre à un Covid-19 PCR test à sa descente d’avion à l’aéroport international SSR de Plaisance et deux autres tests au centre de quarantaine de 14 jours contre des frais de Rs 13 500, qui comprend une assurance maladie, ainsi que des frais médicaux et administratifs.

En sus du billet d'avion, d'une quarantaine de 14 jours, des tests au coût de Rs 13 500 !

La destination paradisiaque a un coût. Les têtes pensantes de l'Etat ont estimé qu'en pleine pandémie mondiale de la Covid-19, pour relancer le secteur du tourisme, au point mort depuis des mois en raison des frontières fermées, il faut faire casquer le touriste. Qui sont les touristes qui vont payer un séjour de 14 jours pour demeurer à l’intérieur des grilles de l’hôtel ou alors entre les quatre murs de leur chambre ?  Qui plus est, en cas de test positif, l'avance faite pour votre séjour ne vous sera pas remboursée !

Les passagers testés positifs à la Covid-19 à leur arrivée seront transférés dans un établissement médical public pour des traitements appropriés, à leurs frais !

Lire également : La MTPA et Nilen Vencadasmy jettent l'argent des contribuables par les fenêtres

Lundi 14 Décembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.