Menu


Politique

Top FM et l’express persona non grata à la conférence de presse du PM


Rédigé par E. Moris le Lundi 10 Août 2020



Qui a pris la décision ? Top Fm et l’express n’ont pas eu accès à la conférence de presse du Premier ministre dimanche.

Les journalistes de ces deux médias ont été refoulés par le Conference and Social Functions Manager, qui leur a dit qu’ils n’avaient pas été invités au point de presse. Comment se fait-il que ceux responsables de l’organisation des conférences de presse du PM puissent décider quels médias peuvent assister à un point de presse ?

Pourquoi le Premier ministre boude-t-il sciemment la partie de la population qui écoute ou lit ces deux médias ?

Un point de presse ou une conférence de presse est destiné(e) à la presse, toute la presse. Il faut le rappeler aux fachos de l’Alliance Morysien. Donc, on peut détester un média, mais ce n’est pas correct de le priver d’assister à un point de presse.

Rappelons que l’actuel gouvernement a tendance à ne pas inviter les médias qui l’irritent. Il y a eu beaucoup d’événements où les deux médias en question n’ont pas reçu d’invitation. Mais ce qui est le plus déplorable, c’est qu’à Maurice tout est tellement politisé, notamment la fonction publique, que les chefs d’administration, uniquement pour ne pas froisser le gouvernement, tendent à boycotter les médias que les dirigeants du jour abhorrent.

Ces cadres de la fonction publique oublient qu’ils sont là pour servir et informer le pays et non le gouvernement. Évidemment, les dirigeants de l’opposition ont critiqué ce qui s’est passé. Certains indiquant que le pouvoir actuel n’accepte pas la critique et d’autres qu’il ne sait même pas la définition du terme démocratie. Mais le plus important dans toute l’histoire, c’est que cela ne fait pas honneur au pays. Ce gouvernement s’enfonce chaque jour davantage dans une mer d’incompétence, de mauvais jugement et maintenant d’huile lourde.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.