Economie

Taux de chômage : Statistics Mauritius annonce une baisse au deuxième trimestre

Jeudi 27 Septembre 2018

Des chiffres réjouissants pour le pays, mais qui ne mettront pas du baume au coeur de ceux en quête d’un emploi.


Selon Statistics Mauritius, le taux de chômage pour le deuxième trimestre de l’année 2018 est de 7%, comparé à 7,2% pour la même période l’année dernière.

Selon cet organisme, il y aurait 40 500 demandeurs d’emploi aujourd’hui dans le pays.

Les femmes restent la catégorie la plus touchée. De plus, plus de la moitié des chômeurs ont moins de 25 ans.

Pour ce qui est des chiffres, rappelons qu’au 30 juin 2018, la population active est estimée à 541 500 comparé à 549 400 à la même période l’année dernière et 540 000 au premier trimestre de 2018.

Cependant, le taux de chômage pour le deuxième trimestre est estimé à 7 %, donc inférieur aux 7,2 % du deuxième trimestre de 2017. 

Concernant les 40 500 chômeurs, 18 500 sont de sexe masculin (46 %) et 22 000 de sexe féminin (54%).

21 500 sont âgés de moins de 25 ans. Environ 28 200 (70%) des chômeurs sont célibataires.

Parmi les 18 500 hommes chômeurs, 85 % sont célibataires alors que 56 % seulement parmi les 22 000 femmes au chômage ne sont pas mariées. Ce qui montre le lien étroit, du moins concernant les hommes, entre travail et mariage. 

Côté éducation, environ 2 400 des chômeurs n’ont pas atteint le niveau du Certificate of Primary Education, alors que 11 800 n’ont pas un School Certificate (Form V). 

34 800 (86%) sont en quête d’un emploi depuis au moins une année.

13 800 (34%) cherchent à avoir leur premier emploi.

3 100 (8%) sont à la tête d’une famille et 5 500 (14%) vivent dans des familles où aucun membre n’a un emploi. 

Pour ce qui est des prévisions, Statistics Mauritius estime que 3 500 emplois seront créés en 2018.

Enfin, le taux de chômage pour l’année 2018 est estimé à 6,9 %, ce qui est inférieur au taux de 7,1 % de 2017.

Rédigé par E. Moris le Jeudi 27 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.