Menu


Politique

Sooroojdev Phokeer réclame des sanctions contre Shakeel Mohamed


Rédigé par E. Moris le Mardi 11 Août 2020



Le réquisitoire est long et violent. Sooroojdev Phokeer accuse le député Mohamed d’avoir soulevé des doutes sur l'authenticité et l'exactitude du Hansard, d’avoir induit le Parlement en erreur et d’avoir jeté le blâme sur qu’est l’Assemblée nationale. De ce fait, affirme le Speaker, il faut davantage que de simples excuses de la part du Whip de l’opposition. 

Ainsi, Sooroojdev Phokeer a invité la Chambre à prendre les sanctions qui s’imposent contre Shakeel Mohamed. A la reprise, après la pause-déjeuner ou à tout autre moment, le Premier ministre va venir avec une motion où il proposera sûrement une ou deux séances de suspension. Celle-ci sera mise au vote et évidemment adoptée. 

Le Speaker est arrivé à cette demande de sanction après avoir mené deux enquêtes à l’issue des propos tenus par Shakeel Mohamed lors de son intervention sur la motion de blâme à l’encontre du Speaker aux petites heures du 5 août. Shakeel Mohamed avait allégué que :

(i) la retransmission des travaux parlementaires avait été interrompue dès qu’il a pris la parole ; (ii) une phrase qu’il avait dite au Premier ministre lors de la PNQ ne figurait plus dans le Hansard. 

Le Speaker a indiqué avoir mené deux enquêtes qui ont abouti aux conclusions suivantes.

D’abord, la retransmission des travaux parlementaires n’a jamais été interrompue. Ce sont des travaux, prévus depuis le 15 juillet par Mauritius Telecom à Rose-Hill qui ont affecté le réseau de MyT à travers toute l’île.Sur la seconde allégation, l’enquête a montré que Shakeel Mohamed s’est trompé de tranche parlementaire et que la phrase en question était, est et restera dans le Hansard. 

Donc, le Whip de l’opposition, pour le Speaker, a miné la confiance du public envers le Parlement. D’où son invitation à des sanctions contre Shakeel Mohamed.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.