Société

Séga tambour chagossien : Le ministre de la Culture et Olivier Bancoult s’envolent pour la Colombie

Samedi 7 Décembre 2019

Vendredi 6 décembre, lors du Festival International Kreol, l'ancien ministre des Arts et de la Culture devenu président de la République, Pradeep Roopun, a réitéré son souhait de voir inscrire le séga chagossien sur la liste du patrimoine mondial immatériel de l'UNESCO.


C'est donc le tout fringant et jeune  ministre des Arts et de Patrimoine culturel, Avinash Teeluck, qui accompagnera une délégation chagossienne ce samedi soir pour la Colombie en vue de faire inscrire la musique des Chagos sur la liste des “Intangible Cultural Heritage”.

La 14e session de l’Unesco se tiendra du 9 au 14 décembre 2019 à Bogota, en République de Colombie. 

Pour autant, c'est un véritable camouflet vis-à-vis de Maurice, puisque l'inscription du sega tambour chagossien à la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco n’a pas passé l’épreuve du comité interne de l’organisation. Un dossier bâclé où le comité invite à déposer une nouvelle candidature qui sera étudiée ultérieurement. Certains éléments essentiels manqueraient à l'appel !

« Il met l’accent sur la promotion de l’élément, en négligeant les dimensions familiales et communautaires, qui sont pourtant décrites comme le principal sujet de préoccupation relatif au séga tambour des Chagos. Le plan ne présente ni calendrier complet des activités, ni aperçu de leur pérennité à moyen et long termes. Il peine aussi à démontrer la participation de la communauté à sa mise en œuvre ».

Ce qui n'a pas empêché Olivier Bancoult, le leader du Groupe Réfugiés Chagos, qui est également président du Chagossian Welfare Fund, de prendre l'avion direction la Colombie afin d'être présent lors de la décision finale...

Rédigé par E. Moris le Samedi 7 Décembre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.