Menu

Politique

Scandale pharmaceutique : Le PTr demande la démission du ministre Jagutpal


Rédigé par E. Moris le Vendredi 10 Décembre 2021



Quelques membres du Parti travailliste, notamment Patrick Assirvaden et Arvin Boolell, étaient devant le parlement ce vendredi 10 décembre pour exprimer leur indignation face au énième scandale qui implique le gouvernement et son ministre de la Santé.

« Kifer pe kokin kas lepep koumsa lor medikaman? Ou rapel bizoutie ek kinkayri ti gagn kontra. Aster enn konpani sekirite, apatenir a enn azan notwar MSM ki res Montagne-Longue »

Ils ont lancé unanimement un appel au Premier ministre pour : « révoquer le ministre de la Santé tout de suite ». Les membres du PTr sont revenus sur les révélations faites par le leader de l’opposition au parlement concernant la commande des pilules de molnupiravir achetées à à Rs 79,90 l’unité. Cela, suite à une offre non sollicitée. Qui plus est, cette acquisition est intervenue au lendemain de l’achat de 800 000 comprimés du même médicament à Rs 9,30 l’unité suite à un appel d’offres. 

C’est le 6 décembre que le ministère de la Santé a procédé à l’achat de 800 000 comprimés de Molnupiravir à Rs 9,30 auprès de Mauritius Pharmacy. Cela, pour une somme de Rs 7,4 millions.
Cependant, le lendemain, le ministère a accepté l’offre émanant de CPM DIstributors pour la fourniture d’un million du même médicament au coût de Rs 79,90. Pour Xavier-Luc Duval, cela fait Rs 70 millions de plus. Pour lui, c’est un scandale. 

« C’est un cas de fraude » a martelé Patrick Assirvaden, qui a rappelé que Ivan Collendavelloo avait été révoqué par Pravind Jugnauth, et que « pour moins que ça Yogida Sawmynaden a dû démissionner ».

De ce fait, les rouges demandent  l’institution d’une commission d’enquête pour faire la lumière sur les contrats alloués par le ministère de Jagutpal pendant la pandémie de Covid-19.

Vendredi 10 Décembre 2021


1.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 10/12/2021 18:54
C'est la faute à Jugnauth.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.