Menu

Société

Sanspeur certes, mais pas sans le sou


Rédigé par E. Moris le Mercredi 18 Mai 2022

La majorité gouvernementale voulait faire sa fête à Gérard Sanspeur.



Sanspeur certes, mais pas sans le sou
Hier au Parlement, répondant à une question du député Nuckcheddy, le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, a indiqué que du 4 avril 2016 au 22 janvier 2017, Gérard Sanspeur a travaillé gratuitement pour le gouvernement.

Néanmoins, il siégeait sur le conseil d’administration de plusieurs organismes. C’est à partir du 23 janvier 2017 que ses services ont été retenus à plein temps. Renganaden Padayachy a expliqué qu’en tant que conseiller spécial, il percevait mensuellement un salaire de Rs 122 000 et des rémunérations de Rs 50 000. Cela, sans compter certains autres avantages et bénéfices.

Renganaden Padayachy a ajouté qu’en tant que chairman du Board of Investment, du 3 mars 2015 au 14 anvier 2018, Gérard Sanspeur a perçu Rs 70 000 chaque mois. Puis comme membre d’un comité sur le capital, il percevait Rs 5 000 par mois mais Rs 10 000 par séance. En tant que membre de la Financial Services Promotion Agency, il a perçu Rs 70 000 de février à décembre 2017. Il a été membre et président de plusieurs compagnies, obtenant Rs 20 000 mensuellement par ci et Rs 70 000 par là.

Rappelons qu’il était chairman de Lanscope Ltd. Au total, Gérard Sanspeur a obtenu Rs 9 millions du gouvernement durant ces quelques années. Le député Nuchcheddy a posé une question sur un éventuel abus de l’allocation de carburants. Renganaden Padayachy a déclaré qu’il n’est pas au courant et qu’il va enquêter. Adil Ameer Meea, du MMM, a alors demandé qui a nommé Gérard Sanspeur sur tous ces boards. « C’est le gouvernement qui a nommé monsieur G.S….sans peur et sans reproche », a répondu Renganaden Padayachy.

Mercredi 18 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.