Menu


Politique

Rezistans ek Altenativ lance un appel aux Mauriciens pour ne pas rester silencieux face à la mafia


Rédigé par E. Moris le Samedi 16 Janvier 2021



Rezistans ek Altenativ étaient face à la presse ce samedi. Ils sont revenus sur la crise sans précédent que traverse le pays au niveau économique et sanitaire.

Pour Stefan Gua, alors que les conséquences écologiques et de santé publique suite à la marée noire sont toujours d'actualité, il estime malheureusement qu'il leur faut aussi répondre présent pour manifester leur colère dans les rues de la capitale contre ceux qui ont été élus et censés servir le pays.

Il a aussi dénoncé les scènes de menaces contre la presse, pour lui ce sont des signes que le pays bascule dans le fascisme. 

Emploi fictif, assassinat de Kistnen, Kistnen Papers, fraudes électorales

Stefan Gua a longuement commenté les derniers développements concernant les ‘Kistnen Papers’ et lance un appel aux Mauriciens et médias, pour ne pas rester silencieux face à la mafia et afin de "nettoyer" le pays.

De son côté, Ashok Subron souhaite que les trois élus de la circonscription no 8 viennent dire publiquement dans les jours à venir qu’ils n’ont rien à voir avec les ‘Kistnen Papers’. Le Premier ministre et ses deux ministres, Yogida Sawmynaden et Leela Devi Dookun, doivent faire cela au nom de la transparence électorale et de la démocratie.

Rappelons que Rezistans ek Alternativ avait rencontré le commissaire électoral lundi pour lui remettre une lettre dans laquelle ses dirigeants réclament une enquête sur les dépenses électorales dans la circonscription no 8 aux dernières législatives.

Subron et compagnie se basaient sur le contenu des Kistnen Papers et indiquaient que les dépenses encourues par les élus pourraient avoir dépassé la limite autorisée. Quelques jours plus tard, le Commissaire électoral a répondu au mouvement de gauche.

Il a expliqué, dans sa lettre, qu’il n’a pas le pouvoir d’enquêter sur les délits électoraux et a demandé à Rezistans ek Alternativ de se tourner vers  les instances appropriées. Néanmoins, parallèlement, Irfan Rahman a référé toute l’affaire à la police pour une enquête. C’est ce que souligne un communiqué émis par l’Electoral Supervisory Commission hier soir. L’affaire des Kistnen Papers se retrouve donc devant la police.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.