Menu

Société

Rationnement de l’huile : « Où est-ce que j’ai fauté ? Montrez-moi où j’ai fauté ? »


Rédigé par E. Moris le Samedi 19 Mars 2022



 « Où est-ce que j’ai fauté ? Montrez-moi où j’ai fauté ? » Alors que le ministre du Commerce se défend de pénurie et invite à ne pas céder au "panic buying", il est déjà trop tard. Dès l'annonce du rationnement à deux litres par personne, les rayons de supermarché ont été dévalisés.

Si les prix ne cessent d'augmenter sur certains produits, c’est sur l’huile de tournesol que pèse le plus grand danger. A Maurice, il existe une vraie dépendance à ces importations d’huile de tournesol que l’on utilise dans bon nombre de nos aliments. Le conflit entre la Russie et l’Ukraine a bon dos. Bien que l’Ukraine à elle seule assure la moitié des exportations mondiales d’huile, c’est donc toute la filière qui est à l’arrêt jusqu’au transport. 

Mais ce que les autorités mauriciennes se gardent de dire, c'est que ce problème se profilait déjà dès le mois de décembre de l'année dernière. L'Egypte ayant instauré une interdiction d’exporter l’huile, le blé et le maïs pour trois mois, il aurait fallu adopter une autre alternative. Ce n'est pas anodin si au mois de janvier, la State Trading Corporation (STC) avait énoncer le projet d’importer de l’huile comestible, en procédant à un appel d’offres pour l’acquisition de 95 tonnes métriques d’huile de soja. 

La célèbre phrase «Mo pas ti met delwil dans zorey», de Bissoon Mungroo, directeur des compagnies Gitanjali Co. Ltd et Mungroo & Sons Ltd, pour justifier le fait qu’il avait eu des informations sur les appels d’offres pour la fourniture de masques, refait surface depuis 24 heures. Il était accusé de blanchiment d'argent entourant l’achat de médicaments et d’équipements médicaux. Bisson Mungroo avait déclaré avoir importé plus de 4 millions de masques dont 200 mille avaient été livrés au gouvernement à Rs 25.

On ne doute pas que d'autres requins font faire preuve d'un grand patriotisme en profitant de la crise du marché pour proposer de l'huile en veux tu, en voila. Affaire à suivre...



 

Samedi 19 Mars 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.