Menu

Politique

Ramgoolam obtient une bataille mais la guerre n’est pas terminée


Rédigé par E. Moris le Jeudi 13 Janvier 2022



Ramgoolam obtient une bataille mais la guerre n’est pas terminée
Hier matin, la juge Shameem Hamuth-Laulloo, siégeant en référé, a rejeté la demande de l'Integrity Reporting Services Agency de confisquer les biens saisis au domicile de Navin Ramgoolam par la police.

C’était après son arrestation en février 2015. Les biens en question sont les Rs 220 millions retrouvées dans ses coffres-forts, dont une partie en devises étrangères, une Mercedes, une Kia Picanto et deux cartes Amex Centurion. Étonnement, pas de voiture à la James Bond ! Mais Navin Ramgoolam n’a encore remporté qu’une  bataille. La juge Shameem Hamuth-Laulloo estime qu’il s'agit là d'une « affaire devant être déterminée par un tribunal compétent », soit la cour suprême.

La juge Hamuth-Laulloo a donc rejeté l'application de l'IRSA et renvoyé les parties devant, comme elle l'a déclaré dans le jugement, le tribunal compétent. La juge a souligné qu’elle est arrivée à la conclusion régie par la section 16 de la Good Governance and Integrity Reporting Act. C’est-à-dire qu’elle ne peut émettre un ordre de saisie sur la base de simples affidavits. La sous-section 2 prévoit que l’affaire soit référée à la cour suprême.

La juge a souligné que Navin Ramgoolam s’est expliqué sur l'origine des biens en question. Il a indiqué qu'une partie de l'argent provenait de ses revenus en tant que Premier ministre et des "per diem" versés à lui-même et à son épouse pendant son mandat de chef de gouvernement. Le reste, dit-il, provient de dons au parti travailliste. Le juge Hamuth-Laulloo a ajouté que le conseil d'administration de l'IRSA n'est certes pas satisfait de cette explication. Mais dans ce cas précis, l’ancien Premier ministre devrait avoir l’opportunité de s’expliquer sur la source de l'argent  lors d’un procès en bonne et due force.

Jeudi 13 Janvier 2022


1.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 14/01/2022 07:37
Ce n'est qu'un voleur, comme Jugnauth.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.