Menu



Société

Rajanah Dhaliah voulait le ticket mais n’entendait pas rembourser un mois de salaire à la STC


Rédigé par E. Moris le Mercredi 1 Décembre 2021



Rajanah Dhaliah voulait le ticket mais n’entendait pas rembourser un mois de salaire à la STC
C’est ce qui s’appelle vouloir le beurre, l’argent du beurre et la fermière !  En 2019, Rajanah Dhaliah, alors General Manager de las State Trading Corporation, s’est vu octroyer une investiture de l’Alliance Morisyen.

Le drame, c’est qu’il doit démissionner immédiatement. C’est une course-contre-la-montre qui se joue. Sauf que Rajanah Dhaliah veut l’investiture, au no 7. Il est prêt à démissionner. Mais il ne veut rembourser la somme de Rs 325 000 à la STC.

Notons qu’un employé qui démissionne de manière immédiate doit laisser un préavis. Que vous soyez General Manager de la STC ne change rien ! Rajanah Dhaliah a refusé. S’en est suivi un litige. Mais dès qu’il a assumé ses fonctions de Private Parliamentary Secretary, Rajanah Dhaliah a reçu une lettre, en date du 3 janvier 2020, l’informant que le projet de lui faire rembourser un mois de salaire a été abandonné. Il a plus de chances qu’on cocu, le Dhaliah ! Mais ce qu’on sait désormais, c’est que pour abandonner ce projet, la STC n’a pas tenu compte d’un avis légal de Lutchmeeparsad Aujayeb, alors Assistant Solicitor General.

Ce dernier, dans une correspondance en date du 4 novembre 2019, avait insisté sur l’obligation de préavis. Il avait, après un long raisonnnement, expliqué Rajanah Dhaliah avait l’obligation de donner un mois de préavis et, au cas contraire, rembourser un mois de salaire. Mais Aujayeb précisait que c’est à l’autorité, c’est-à-dire la STC, de ne pas exiger cela. Rajanah Dhaliah avait poussé le ridicule jusqu’à évoquer les cas de deux de ses prédécesseurs, Ranjitsingh Soomaroah et Megh Pillay, pour éviter de rembourser cette somme.

Sauf que Pillay avait été poussé à la sortie et Soomaroah travaillait, avant son départ, sur un contrat qui était renouvelé chaque mois. Le Dhaliah, qui n’a honte de rien, insistait même sur le fait qu’il a démissionné sur la base de circonstances exceptionnelles, c’est-à-dire qu’il allait être candidat. Mais bon ! L’affaire a été envoyée à la Commission anticorruption !

Mercredi 1 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.