Menu


Politique

Qu'elles sont les brebis galeuses dont parle Pravind Jugnauth ?


Rédigé par E. Moris le Dimanche 5 Mai 2019

A croire que ses "supers conseillers" grassement payés, recyclent ses discours ! A chaque inauguration d'un poste de police, Pravind Jugnauth rabâche comme un disque rayé : « Bizin sanctionne bann brebis galeuses pou donne l’exemple », «Des punitions exceptionnelles aux brebis galeuses».



Le Premier ministre, Pravind Jugnauth était l’invité d’honneur le samedi 4 mai, à l’ouverture du poste de police de Camp Diable en présence du Commissaire de Police, Mario Nobin.  

Si il a rendu hommage au travail des membres de la force policière, il a ciblé des critiques nourries à l'encontre de certains : ” ena kelke malfrats dan la police. Ou trouve enn dimun rentre dan la police pou fer respecter law and order, ala ou trouve limem ale contre la loi. Ou trouve li pe kokin, ou trouve li pe fer trafik la drogue… Pou sa banes brebis galeuse-la, L’enkete pou fer kuma bizin. Pena oken proteksyon. Pa pou ena couverture!”. 

Il souhaite  que les institutions concernées agiront promptement : ” Bizin sanctionner pou donne l’exemple”.
 
«Des punitions exceptionnelles aux brebis galeuses». 
 
Souvenez-vous, alors qu'il procédait à une énième opération "coupe riban", lors de l’inauguration d’un nouveau poste de police à Saint-Pierre, le 6 février, le Premier ministre, Pravind Jugnauth avait préconiser des punitions exceptionnelles aux brebis galeuses de la force policière.  «Pour cela, il nous faut leur infliger des punitions exemplaires, ce n’est pas à cause de quelques brebis galeuses, il nous faut incriminer toute la force policière.»   

Il avait également assuré que «nous voulons une politique de zéro tolérance par rapport à l’entrée de la drogue sur le sol mauricien».  

Ce qui n'a pas empêché Geanchand Dewdanee, cet ancien conseiller de ministre d'être arrêté dans le cadre de la saisie record des 135 kilos d’héroïne et de demander sa liberté conditionnelle.  

Tout comme un rapport de la Commission d'enquête sur la drogue accablant sur les liaisons dangereuses des hommes et des femmes politiques, qui a vu la démission de Roubina Jaddoo-Jaunboccus et celui de Sanjeev Teeluckdharry ou encore plus troublant, celui de Raouf Gulbul, l'ancien Chairman de la Gambling Regulatory Authority, avocat par ailleurs de Pravind Jugnauth.  

Un rapport qui allègue que ce dernier a utilisé sa position de Chairman de la Gambling Regulatory Authority afin d'aider des trafiquants à blanchir de l’argent provenant du trafic de drogue dans des casinos, des maisons de jeux et aux courses. Embêtant quand on a qui plus est, son épouse qui n'est nulle autre que la juge Rehana Mungly-Gulbul.  
 
Pour rappel, le Central Criminal Investigation Department (CCID) faisant partie de la Task Force chargée d’enquêter sur les travaux de la Commission d’enquête sur la drogue a entendu le frère et la sœur de l’avocat Raouf Gulbul. Ils ont été interrogés sur les allégations de leur neveu, Riaz Gulbul, qu’ils lui avaient proposé Rs 300 000 pour mentir à l’ex-juge Paul Lam Shang Leen qui avait présidé à la Commission d’enquête.  

Les enquêteurs devaient se pencher sur les appels de Raouf Gulbul en 2017 où ses anciens directeurs de campagne aux législatives de décembre 2014, Ashley Hurranghee et Samad Golamally, ont affirmé qu’il les a menacés afin qu’ils ne déposent pas contre lui devant la Commission d’enquête.  

Notons que Raouf Gulbul est aussi sous le coup d’une enquête de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) concernant des allégations formulées contre lui devant la Commission d’enquête. L’ex-président de la Gambling Regulatory Authority (GRA) avait été interrogé sur ses biens immobiliers, notamment à l’étranger. 

Depuis "evidaman" aucune nouvelle de la suite du rapport de la commission chèrement payé par les contribuables...


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.