Menu


Politique

Projet Safe City : Sir Anerood Jugnauth « Les citoyens doivent garder leurs portes et fenêtres fermées »


Rédigé par E. Moris le Mardi 20 Août 2019



L'inauguration du centre de contrôle et de commandement du projet Safe City à Ebène a eu lieu hier, lundi 19 août. 

La police a offert le contrat de surveillance vidéo à Mauritius Telecom avec Rs 19 Mds à la clé d'ici 20 ans. La compagnie a, par la suite, signé un accord avec la société chinoise Huawei pour la conception du projet Safe City, un marché lucratif de la sécurité.  

Si le fils Premier ministre a insisté qu'il n'y aura aucune atteinte à la vie privée des Mauriciens avec ce projet, le père a une autre façon de voir les choses.

Lors d'une question parlementaire le 2 juillet dernier du député rouge Osman Mahomed, le ministre mentor et de la Défense n’a pas nié que des caméras puissent constamment pointer en direction des maisons. Mais, a-t-il ajouté, du moment qu’elles se trouvent à l’extérieur des propriétés, il n'y a aucun inconvénient.
 «Si elle n’est pas placée sur une propriété privée, il n’y a rien à faire. Au cas contraire, laissez votre fenêtre fermée…» 
1 542 caméras intelligentes et 142 caméras pour gérer le trafic ont été installées dans plusieurs régions du pays. Rappelons qu’au total, 4 000 caméras devront être installées sur 2 000 sites. Le plus, le temps d’intervention devrait être réduit par 15 minutes. 

Un moyen efficace pour la police de maintenir l’ordre dans le public et protéger les citoyens via la technologie, qui selon le Premier ministre, sont des mesures qui ont fait ses preuves en baissant le taux de criminalité dans d'autres pays.  

Les données seront stockées dans des serveurs de la police situé dans un bâtiment gouvernemental. Le leader de l'opposition, Xavier-Luc Duval a insisté pour une loi spécifique régissant la mauvaise utilisation de ces caméras. Mais qui est resté sans suite.


 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.