Menu



Société

Pravind Jugnauth, le dernier PM à s’en prendre aux Britanniques


Rédigé par E. Moris le Mercredi 21 Octobre 2020



Un tête-à-tête de quelques minutes, avec le PM britannique Boris Johnson. 20.01.20
Un tête-à-tête de quelques minutes, avec le PM britannique Boris Johnson. 20.01.20
Mais aussi aux Américains ! Devant une assistance majoritairement chagossienne, Pravind Jugnauth a sorti l’artillerie lourde contre les Britanniques et les Américains qu’il a accusé « d’hypocrites » et de « champions du double langage ». Des termes forts, même si vrais, qui ont rapidement été repris par la presse étrangère, dont la BBC. 

Que Pravind Jugnauth s’en prenne aux Britanniques et aux Américains n’est pas étonnant. Car tous les Premier ministres, ou presque, l’ont fait avant lui. À l’exception peut-être de Navin Ramgoolam qui privilégiait la soft diplomacy et pensait que sa relation personnelle avec certains dirigeants britanniques suffisaient pour permettre à Maurice de récupérer à terme les Chagos ! 

Anerood Jugnauth, qui détient pourtant le titre de Sir, était celui qui avait le plus cogné sur les Britanniques. Il a été le premier dirigeant officiel à évoquer un départ de Maurice du Commonwealth.

C’était dans les années 2000 et la question était que si Maurice trainait la Grande-Bretagne devant un tribunal international, il ne pouvait continuer à demeurer dans le Commonwealth. 

Paul Bérenger avait aussi fait une grosse colère contre les Britanniques. Il avait aussi parlé de quitter le Commonwealth. Mais c’était après que Tony Blair lui ait faux bond et a refusé de le rencontrer au 10 Downing Street. Un affront que le Premier ministre Bérenger n’avait pas digéré. Navin Ramgoolam, alors dans l’opposition, s’en était beaucoup amusé. Lui qui disait être en alchimie avec les plus grands dirigeants de ce monde. Mais malgré le fait que la perception est forte qu’il se sent plus à l’aise à Londres qu’à Port Louis, il s’est beaucoup fait balader par ses pairs autrement plus puissants

Mercredi 21 Octobre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.