Menu


Société

Pointe-aux-Sables: En plein confinement, Steven Obeegadoo demande à 300 squatters d'évacuer avant lundi


Rédigé par E. Moris le Samedi 23 Mai 2020



Consternation, tristesse et colère vendredi 22 mai, à Résidence Sugar Planters, Pointes aux Sables.  Une cinquantaine de familles de squatters a reçu l'ordre d’évacuer les lieux sous 48 heures, soit avant lundi.

Environ 300 personnes, dont des nourrissons et enfants en bas-âge, sont concernées. Le ministre du Logement et des Terres, Steven Obeegadoo, confirme que des squatters ont reçu une note leur signifiant d’évacuer les terrains de l’Etat.

Pour justifier cet ordre d'évacuation, le ministre soutient, que selon le rapport des officiers de son ministère et les plaintes envoyées par les habitants de la région, ces personnes se sont installées pendant le confinement. Son ministère ne fait qu'appliquer la loi.

14 structures ont été construites sans autorisation à Pointe-aux-Sables, pour finir par 57. Pour Steven Obeegadoo, il ne fait aucun doute que ces personnes profitent du confinement, pour voler les terrains de l'Etat.

De l'aveu du ministre, le problème serait plus profond et reflète un échec cuisant du gouvernement a assuré un toit aux plus défavorisés. Avec le confinement, en l'espace d'une semaine, soit entre le 11 et 19 mai, il existait 113 nouvelles structures de squatteurs à travers l’île. 

A noter que 500 squatteurs recensés avant 2015 ont été régularisés. Steven Obeegadoo avance que "par respect pour toutes les personnes qui sont sur la liste d’attente de la NHDC et qui prenne patience et qui attendent d’avoir un coup de main de l’Etat pour avoir un logement. Nous ne pouvons pas permettre une injustice et que certaines personnes volent le terrain des autres. »

 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.