Menu

Politique

Peter Uricek a tenté de se marier en pleine procédure d’extradition, selon le Premier ministre


Rédigé par E. Moris le Mardi 10 Mai 2022

Pour le Premier ministre, Peter Uricek n’a jamais été déporté de Maurice. C’est ce qu’il a répété au Parlement ce mardi.



Pour lui, la question de l'émission et l’exécution d’un ordre d’expulsion à son encontre ne se pose pas. Le Premier ministre a aussi insisté qu’il n’y a pas eu de violation d'une injonction émise par un juge de la cour suprême. Il affirme même qu’il est « grand temps que le bon sens prévale » et que ceux « qui créent du sensationnel à partir de fausses informations » assument la responsabilité de leurs actions.

Il a expliqué que Peter Uricek, 52 ans, est arrivé à Maurice le 19 février 2019 avec un visa touriste. Il a ensuite fait une demande pour obtenir un permis de travail. Il a quitté Maurice pour La Réunion le 2 avril et est revenu le 3 avec, cette fois, un visa affaires. Le Premier ministre a souligné qu’à deux reprises, une recherche sur la liste des personnes controverses du Passport and Immigration Office, sur la base de données d'Interpol et World Check n’ont rien donné. Le permis de travail de Peter Uricek, valable pour 3 ans, a ainsi été approuvé.

 

C’est le 5 novembre 2020 que le bureau de l'Attorney-General a reçu une demande, datée du 6 août 2020 de la République de Slovaquie, pour l'arrestation et l'extradition de Peter Uricek. Ce dernier aurait dirigé un groupe criminel et pour fabrication, détention et trafic illicites de stupéfiants. Nos frontières étant fermées. L’affaire est demeurée en l’état. Puis, il y a eu le second confinement. En janvier 2021, puis en octobre 2021, le bureau de l’Attorney General a écrit aux autorités locales pour confirmer la présence du Slovaque sur notre territoire. Les deux fois, il a obtenu la confirmation qu’il s’y trouvait. Puis, s’étant assuré que les autorités slovaques étaient prêtes, désireuses et capables de récupérer Peter Uricek en cas d'extradition, les demandes d'extradition et d’arrestation ont été déposées le 22 février 2022 devant le tribunal de district de Port Louis. Peter Uricek a été arrêté le 22 février 2022 et libéré sous caution le 9 mars 2022. La procédure d'extradition est en cours et l'audience a été fixée au 11 mai 2022. Mais dans l'intervalle, l’on s’approchait de la date d’expiration du permis de travail du Slovaque, soit le lundi 18 avril 2022. 

Le 23 mars 2022, alors que la procédure d'extradition était toujours en cours, l'état civil a informé le bureau du Premier ministre du projet de mariage civil entre Pater Uricek et une Mauricienne. Le Secretary for Home Affaires a objecté au mariage au motif que le Slovaque essayait d'épouser une citoyenne mauricienne dans le seul but d'acquérir le statut de résident. Le 31 mars 2022, Peter Uricek a présenté une demande de renouvellement de son permis de travail. Le Premier ministre a soutenu qu’il était « indispensable » de prendre une décision sur le statut du Slovaque. Ce qu’il a fait. « Ma seule option en tant que ministre responsable de l'immigration était de priver Peter Uricek de son statut de résident en invoquant les articles 6 et 9A(8) de la loi sur l'immigration », a insisté Pravind Jugnauth. 

Le Premier ministre a égratigné au passage Yatin Varma. « Je suis déconcerté par le fait que des personnes qui ont prêté le serment d’allégeance à la République de Maurice et de bien remplir les devoirs d'un avocat utilisent la désinformation pour manipuler l'opinion publique », a-t-il soutenu. Il a aussi égratigné ceux qui brandissent le fait que le Slovaque ait obtenu un certificat de moralité délivré par le directeur des poursuites publiques le 8 mars 2022.

« Bien sûr qu’il aura un certificat de moralité irréprochable à Maurice, puisqu'il n'a jamais commis d'infraction pénale sur notre territoire », a-t-il soutenu. Pravind Jugnauth a insisté que les dispositions de la loi sur l’immigration fonctionnent indépendamment de toute procédure d'extradition ou d'expulsion. 

« Dès qu'une personne est privée de son statut de résident, elle n'a pas le droit de se trouver sur le territoire mauricien », a-t-il souligné. Et d’ajouter qu’il n'est pas obligatoire qu'une personne qui a été déclarée immigrant interdit soit expulsée si les autorités de son pays sont présentes à Maurice et sont prêtes, désireuses et capables de le ramener dans son pays d'origine. Ce qui s’est passé ! Et Pravind Jugnauth se souligner qu’il n’y a jamais eu de violation d’un ordre de la cour car Peter Uricek n'a été ni expulsé ni extradé de Maurice éloigné de Maurice par les autorités slovaques. 

« Le rôle joué par les autorités mauriciennes a été un simple transfert légal en vertu de la section 20 de la loi sur l'immigration », a-t-il insisté. Pravind Jugnauth a conclu en disant que même si la loi lui permet de priver une personne de son statut de résident, cette décision est toujours susceptible de révision par les tribunaux. « J'invite toute personne lésée par ma décision et disposant d'un statut juridique suffisant pour le faire à contester la décision devant un tribunal, comme le feraient des personnes civilisées, dans un État civilisé, régi par la règle de droit », a-t-il souligné.

Mardi 10 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.