Menu


Politique

Paul Bérenger : « Que va faire le DPP après le jugement dans l’affaire Betamax ? »


Rédigé par E. Moris le Samedi 1 Juin 2019



En conférence de presse ce matin, le leader du MMM a rappelé que le MSM est en train de faire « un tamtam » après le jugement rendu par la Cour suprême dans l’affaire Betamax.

Mais, insiste-t-il, il ne faut pas oublier que le MSM a défendu bec et ongles le contrat entre la STC et Betamax lorsqu’il était au gouvernement, en alliance avec le PTr. 

Puis, le leader mauve a évoqué quatre questions. « Que va décider le Privy Council ? » D’autant, a-t-il souligné, qu’il est clair que Betamax va contester ce jugement. La seconde question, pour lui, est celle-ci : « Que va décider la Cour suprême de l’Inde ? » 

La troisième question est plus intéressante… en sus d’être double : « Que va faire le Directeur des poursuites publiques après ce jugement ? Va-t-il ordonner la réouverture de l’enquête contre Navin Ramgoolam et ses collègues d’alors ? »

Pour Paul Bérenger, la décision d’abandonner les poursuites a été prise après qu’il a été établi qu’il y avait exemption pour la State Trading Corporation de passer par un appel d’offres. Mais maintenant que la Cour suprême a indiqué que cela était illégal, Paul Bérenger souligne que le DPP devra prendre une décision. 

Quant à la quatrième question… « Quels sont les autres contrats, contraires à la loi, qui doivent être résiliés ? » Mais avant de formuler cette interrogation, Paul Bérenger a égratigné Navin Ramgoolam concernant ses propos tenus hier.

Le leader du PTr avait dit que c’est l’occasion de revoir les contrats entre le CEB et les producteurs indépendants d’énergie. Paul Bérenger a déclaré que lorsque le MMM était au pouvoir, il y a eu appel d’offres avant le renouvellement des contrats en question. 

Paul Bérenger a aussi évoqué le cas de Tromelin. Il a indiqué que quatre ans et demi après, le gouvernement n’a donné aucune indication sur sa position concernant Tromelin.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.