Menu



Opinion

[Opinion] La crédibilité de Irfan Rahman s'effiloche depuis les dernières législatives


Rédigé par E. Moris le Jeudi 13 Janvier 2022



22 ans qu’il occupe ce poste. Le commissaire électoral Irfan Rahman en est à sa cinquième participation aux élections à Maurice. Le petit-fils de sir Abdool Razack Mohamed n'a t-il pas fait son temps dans l'exercice de ses fonctions? 

L'ancien Senior Magistrate à la cour intermédiaire et Returning Officer à l’Electoral Supervisory Commission, dans l’exercice des fonctions que lui confère la Constitution, en tant que commissaire électoral n’est soumis en théorie, aux directives ou contrôle d’aucune autre personne ou autorité. Et pourtant si durant des années son professionnalisme et intégrité ont été loués, la crédibilité de Irfan Rahman s'effiloche depuis les dernières législatives. N'était-il pas prêt à accepter la présidence de la République avant que les bulletins de vote retrouvés dans la nature ne lui tombent sur la tête ?

Hier, en cour suprême, le Commissaire électoral soutient qu’après avoir constaté toutes les erreurs dans la circonscription n°9, il était de son devoir, en tant que titulaire du poste indépendant, d’accepter le recomptage des voix. Il est clair, que pour faire bonne figure il n'avait plus le choix. Et comme pour justifier cette décision, Irfan Rahman n’a pas manqué de rappeler en minimisant l'affaire, que ce n’est pas la première fois qu’il accepte un recomptage des voix. Une petite victoire cependant pour Jenny Adebiro, dans l'attente du jugement des juges Aruna Devi Narain et Denis Mootoo.

Notons par ailleurs que mis à l'écart par Pravind Jugnauth, l'ancien numéro 2 du gouvernement Ivan Collendavaloo fait face à un nouveau revers politique. Ce qui fait dire aux observateurs politiques que tout doucement, le Premier ministre envoie l'ancien ministre vers la sortie avec la complicité de ses sbires.

Dès qu'il s'agit du MSM, tout comme Phookeer, Rahman s'en lave les mains

Une vidéo datée du 5 novembre 2020 est dans les mémoires. Le ministre Alan Ganoo prenait la parole lors d’un meeting organisé par le Mouvement Socialiste de Chemin-Grenier, un groupe qui participait aux élections villageoises, et où on l'entend clairement faire des promesses et donner des consignes de vote dans la circonscription n° 14, Savanne/Rivière-Noire. Il a évoqué des recrutements, plus d’une centaine, dans certains organismes tombant sous sa responsabilité. Mais selon ses dires ce ne sont pas des bribes électoraux : « Pena narien a fer ek eleksyon vilaz. Eleksyon vilaz ou pa, ti pou rekrite.» Sans surprise, le commissaire électoral de son côté, a décidé de ne pas réagir en envoyant paître face aux cris indignés de l'opposition. 

"Règle magique"

Une photo prise d'une boîte de bulletins parfaitement rangés dans une urne sous scellée a fait le buzz, lors des dernières législatives. Inutile de dire que les explications de l'utilisation de la règle magique n'a pas convaincu grand monde, tout comme les bulletins de vote qui étaient supposément sous scellés et sous stricte surveillance ont été retrouvés dans la nature après le dépouillement. Les deux cas ont été référés au central CID. A ce jour, l'enquête est au point mort. Irfan Rahman a rappelé que c’est un délit de sortir un bulletin de vote hors du centre de vote, il a également déclaré : « Nous avons référé l’affaire à la police parce que c’est un délit criminel ».

Les "oublis volontaires" du commissaire électoral

« Il n’était nullement nécessaire d’informer les candidats de l’existence des Computer Rooms lors des élections générales de novembre 2021 ». C’est ce qu’a soutenu le commissaire électoral, Irfan Rahman, en Cour suprême dans le cadre de la pétition électorale déposée par le candidat battu de l’Alliance Nationale Ezra Jhuboo. Ce dernier contestait les élections d’Alan Ganoo, Sandra Mayotte et Nand Pradeep Ranchurun, élus sous la bannière de l’Alliance Morisien dans la circonscription N°14 (Savanne/Riviere Noire). Tout comme l'utilisation à la dernière minute la carte d'autobus (bus pass) pour voter avait également surpris plus d'un! 

A vouloir côtoyer le Soleil, Irfan Rahman tout comme Ameenah Gurib-Fakim, ont fini par ternir leur réputation et brillante carrière sous le régime des Jugnauth. Si il est vrai que le commissaire électoral a collectionné les médailles à l'international pour son professionnalisme, il est à craindre que les Mauriciens eux, ne retiennent que les "elektion kokin" de 2019 avec 37% des votes et une flopée de pétitions électorales en cours... 

Jeudi 13 Janvier 2022