Menu


Société

On veut museler la presse, soutient Shenaz Patel


Rédigé par E. Moris le Vendredi 14 Août 2020



La journaliste, éditorialiste et écrivaine monte au créneau pour crier son exaspération. Sur une radio, Shenaz Patel soutient que ce n’est pas au chef du gouvernement de décider « qui a le droit de diffuser l’information et qui a le droit de lui poser des questions », surtout sur une catastrophe nationale.

Elle réagissait à deux événements : le boycott de Top FM et de l’express aux conférences de presse du Premier ministre et le fait que l’accès des journalistes au bureau du Speaker ait été refusé pour une conférence de presse.

Shenaz Patel soutient que dans les deux cas, il y a un amalgame entre le responsable politique et le responsable de l’État. Pour lui, un leader de parti peut ne pas inviter un média en particulier, mais pas le Premier ministre d’un pays. Pour elle, «  il y a tentative de contrôler la presse pour ne pas dire la museler ». Elle soutient cependant qu’on a le droit d’être d’accord ou pas avec la façon dont un journal ou un journaliste traite l’information.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.