Menu

Société

« Nous avons l’impression d’être en danger », affirment les enfants Fakhoo


Rédigé par E. Moris le Vendredi 20 Août 2021



Nitisha et Kashish Fakhoo, les deux enfants de Manan Fakhoo, entourés de plusieurs membres de leur famille, ont tenu un point de presse cet après-midi.

Ils disent craindre pour leur sécurité. Cela, après que l’un des suspects ait obtenu la libération sous caution cette semaine. Notons cependant que dès que le tribunal de district a accordé la libération au suspect, le DPP a annoncé qu’il allait faire appel et a déposé une motion de stay of execution. Ce qui fait que le suspect a été reconduit en cellule. 

Kashish Fakhoo a rappelé qu’il avait déjà reçu des menaces de la part d’un proche d’un des suspects. Nitisha et Kashish Fakhoo disent ne pas comprendre comment l’un des suspects ait pu obtenir la libération sous caution alors que « l’enquête n’est pas encore close » et que « l’arme du crime n’a toujours pas été récupérée par la police ».

Kashish Fakhoo a déclaré que le suspect en question, Saif Sadullah, n’habite pas trop loin de chez eux. « Qu’est-ce qui va se passer s’il m’arrive quelque chose ? Qui va prendre la responsabilité ? » s’est-il demandé, tout en souhaitant que l’enquête soit bouclée au plus vite. Nitisha Fakhoo a déclaré que le fait que plusieurs suspects aussi habitent près de chez eux augmente ce sentiment d’insécurité. 

Elle a aussi insisté qu’il n’y a rien de « communal » dans la lutte qu’elle et son frère mènent. « Ce n’est pas un combat pour le communalisme mais contre le terrorisme et l’extrémisme », a-t-elle déclaré. Elle a aussi indiqué qu’un enquêteur privé, NS Defence Private, a soumis un rapport au nouveau commissaire de police par intérim. Ils ont aussi demandé la collaboration du public, notamment pour retrouver l’arme du crime.

Vendredi 20 Août 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.