Menu


Politique

Navin Ramgoolam somme le gouvernement de publier les commandes de masques et tests


Rédigé par E. Moris le Dimanche 29 Mars 2020

Le leader du Parti travailliste (PTr) Navin Ramgoolam a publié sur sa page Facebook une allocution dans la nuit du 29 mars sur la situation du covid-19 à l’île Maurice.



L'ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam a réclamé plus de transparence au gouvernement sur les cas confirmés à Maurice mais aussi sur les contrats de commande de masques et tests de dépistage du coronavirus.

Cette «sommation interpellative» porte sur les contrats et commandes de masques, quelque soit leur types, ainsi que les contrats relatifs aux tests de dépistage du Covid-19 qui ont été conclus par l’État depuis le début de la crise.

Il invoque l'obligation de publier ou de communiquer les documents dans le but de reconstruire au moins en partie la confiance entre l’État et les professionnels de santé.

Il se demande si des tests de dépistage ont été faits sur le Premier ministre, Pravind Jugnauth, le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, et le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, car ils avaient visité un centre de quarantaine sans gants ni masque comme l'oblige le protocole.

Amateurisme, incompétence et manque de leadership.

Dans sa vidéo publiée cette nuit, le leader des rouges a critiqué notamment le manque d'actions cohérentes et claires, et le manque de vérité aux Mauriciens. Il justifie ses critiques comme constructives. Il propose ainsi, de nouveau, des solutions au gouvernement en espérant que ce sera pris en compte et mis en pratique.

Covid-19 : Navin Ramgoolam est sût et certain qu'il y a plus de 102 cas à Maurice

Navin Ramgoolam se dit prêt à mettre ses contacts à l'étranger, des spécialistes dans le domaine de la santé, à la disposition de l'Etat pour endiguer la propagation du Covid-19 dans le pays. 

Pour rappel, Maurice compte 102 cas positifs, dont deux décès. 
 
 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.