Politique

Navin Ramgoolam : «Je suis le fils de SSR. Dan lavi, bizin fer face à tous les défis»

Mercredi 30 Octobre 2019

Marathon politique pour le leader du PTr dans le Nord de l’île, ce mercredi 30 octobre, se présentant dans trois circonscriptions en une soirée.


Circonscription n°7 : Rivière-du-Rempart

Navin Ramgoolam a rappelé le danger d'un vote « koupe-transe »« si ou pa vot 3-0 dan sak sirkonskripsion ou riske enn partaz de pouvwar ek Berenger ». Il a précisé que cela ne doit pas arriver… d’autant « qu’il y a une vague qui s’est levée ». 

Il a pris pour cible le leader du MMM, Paul Bérenger. «Admettons qu’à l’issue du dépouillement des votes, personne n’a de majorité. Je connais Bérenger, il est prêt à faire une alliance pourvu qu’il obtienne le fauteuil de Premier ministre.»

Circonscription No 6 (Grand-Baie/Poudre D’or)

Le leader des rouges à cette fois-ci invité la foule « à ne pas voter pour un vaish, un telegu, un rajput, un créol, un chinois ou un musulman” mais “votez pour un Mauricien ».

Circonscription No 5 (Triolet/Pamplemousses)

Dans ancien fief, face à la foule, l'émotion était particulière. Navin Ramgoolam a soutenu que Triolet l'avait béni à cinq reprises. Cette fois-ci, il a mis trois candidats pour le représenter en souhaitant qu'ils sont élus. Bien qu’il ait depuis migré au n°10, Montagne-Blanche – Grande-Rivière-Sud-Est, le leader des rouges affirme porter le n°5 dans son coeur. 

Il a par ailleurs rappelé que ces législatives du 7 novembre sont aussi importantes que celles de l’indépendance en 1967. Et à l’instar de son père, sir Seewoosagur Ramgoolam, «mo ena sa disan liberater-la dan mo lavenn, bann liberater ka kile». 

Contre vents et marées malgré les obstacles que ses adversaires tentent de faire pour lui barrer la route (films vidéos), le leader du PTr déclare qu’il ne baissera pas les bras : «Je suis le fils de SSR. Dan lavi, bizin fer fas à tous les défis»


 

Rédigé par E. Moris le Mercredi 30 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.