Faits Divers

"Mo la tête fatigué, monn perdi mo madam" : Arbaaz Farhaan Nabeebux

Mardi 26 Juin 2018

Arbaaz Farhaan fait l’objet d’une accusation provisoire de "causing child to be sexually abused". Il a été arrêté samedi dernier après le décès de sa jeune épouse de 13 ans, Ruwaidah, qui était enceinte.


Alors qu’on l'emmenait au poste de police de Poudre-d’Or pour être détenu en cellule, Arbaaz Farhaan Nabeebux a essayé de s’échapper face aux policiers qui l’escortaient. Il a pu être maîtrisé par les forces de l’ordre et la Divisional Supporting Unit Northern qui l'ont alors conduit au centre de détention de Moka où il a été interrogé.

Perturbé et sous pression, il aurait déclaré après sa comparution en cours  :
 
"Mo la tête fatigué, monn perdi mo madam"
 
Arbaaz Farhaan Nabeebux a expliqué qu’il a connu Ruwaidah Ramjaun, habitante de Pailles qui fréquentait un collège de Plaine-Verte, en 2017, à travers Facebook. Une amitié est née. Par amour, Ruwaidah Ramjaun aurait par la suite fugué le 12 janvier 2018 pour s’installer chez lui.
 
Ruwaidah Ramjaun a été présentée à la famille du jeune homme et avec le consentement deux deux familles selon sa déclaration, le jeune couple a contracté un mariage religieux.

 "Je voulais aussi faire quelque chose de bien et ne pas vivre en concubinage. Je ne savais pas que c’était contre la loi"
 
Arbaaz Farhaan a été reconduit en cellule policière. L’enquête est menée par l’inspecteur Persand, le sergent Beebeejaun et la police de Goodlands sous la supervision du surintendant de police Musafeer et du surintendant de police Dawoonarain, Divisional Commander du Nord.

D’autres personnes seront aussi interrogées dans cette affaire.

Le nom de l'imam qui aurait consenti à faire le nikkah n'est toujours pas dévoilé.

L'enquête suit son cours...

Rédigé par E. Moris le Mardi 26 Juin 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.