Menu


Politique

Me Gavin Glover « Rakesh Gooljaury n’a rien inventé concernant le vol à Roches-Noires et n’a pas menti à la police »


Rédigé par E. Moris le Mardi 2 Juillet 2019



Le 11 juin dernier, en cour intermédiaire, la poursuite avait décidé de mettre fin à l’audition des témoins. Cela, alors que la liste, il y avait plusieurs personnes en attente de venir témoigner. Parmi, Nawaz Noorbux, de Radio Plus, et Anishta Gooljaury, l’ex-épouse de Rakesh Gooljaury. 

La réaction dans le camp Ramgoolam ne s’était pas faite attendre. Me Gavin Glover avait immédiatement logé une motion de « no case to answer », c’est-à-dire d’abandon des charges. 

La motion a été débattue ce mardi 2 juillet devant les magistrats Raj Seebaluck et Razia Jannoo-Jaunbocus afin de radier les charges retenues contre les trois accusés.

L'homme de loi de Navin Ramgoolam, Me Gavin Golver a d'emblée préciser qu’il y a bien un  vol au bungalow de l’ancien Premier ministre. Selon lui Rakesh Gooljaury n’a rien inventé lorsqu’il a rapporté le vol. Et d’ajouter que mentir à la police ne constitue pas un délit dans ce type de cas.

Me Keshri Soochit du bureau de Directeur des poursuites publiques a fait savoir que les relevés téléphoniques produits durant le procès est la preuve que Rakesh Gooljaury s’est déplacé à Saint-Pierre avant d’aller dans le bungalow paille en queue de l’ancien Premier ministre dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011.

Les deux magistrats se prononceront le vendredi 13 septembre.

Rappelons que Ramgoolam et deux anciens hauts gradés de la police, Rampersad Sooroojebally et Dev Jokhoo, sont accusés de complot pour pervertir le cours de la justice. C’est lié à la fausse déposition donnée par l'homme d'affaires Rakesh Gooljaury à la police après un vol perpétré au bungalow de l’ancien Premier ministre à Roches-Noires dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011.

 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.