Menu

Politique

Maurice : l’opposition fait sa coquette


Rédigé par E. Moris le Mercredi 19 Janvier 2022



Étrange de voir ces politiciens aussi expérimentés jouer les coquettes. On aurait pu être moins poli et utiliser d’autres termes. Mais restons-en là ! PTr, MMM, PMSD, Bodha et Bhadain sont en train d’accorder leurs violons en vue d’une alliance ou d’un rabibochage.

Regardons la situation de près. Paul Bérenger a annoncé qu’il ne se représentera plus au poste de Premier ministre. Après les élections de 2019, qui ont vu la deuxième défaite consécutive de Navin Ramgoolam, il a parlé au leader rouge qui a indiqué que c’était son chant du cygne à lui aussi. Comme à son habitude, et pour coincer Ramgoolam, Paul Bérenger a annoncé la nouvelle aux médias. Sauf que Ramgoolam pense toujours pouvoir faire un come-back comme chef du gouvernement. Sa promesse à Bérenger, il l’avait déjà oubliée quelques secondes plus tard.

Entretemps, l’entente de l’opposition de l’époque, qui comprenait aussi le PTr, affirme qu’elle est prête à se transformer en alliance mais à conditions que Navin Ramgoolam ne se présente pas au poste de Premier ministre. Bérenger active alors la carte Bodha. En même temps, le PTr s’offusque et prend ses distances. Bérenger, Duval et Bodha (Bhadain n’étant pas député) arrachent les postes de leader et de whip de l’opposition au PTr. Ce qu’on ne savait pas à l’époque, c’est qu’au sein du PTr, certains disaient qu’ils allaient renverser Ramgoolam. Mais ils ont rapidement été neutralisés.

Ramgoolam a gagné la partie. En même temps, Bodha n’a jamais décollé. Et comme le MMM n’est plus que l’ombre de lui-même, l’Espoir ne pourra jamais affronter les élections seuls. Les trois B (Bérenger, Bodha et Bhadain) ainsi que l’unique D (Duval) marchent désormais la queue entre les jambes. Mais de l’autre côté, le PTr n’a pas non plus de quoi pavoiser. Navin Ramgoolam a une santé aussi fragile qu’un nouveau-né. D’ailleurs, après sa contamination à la Covid-19, il a subi une intervention. Depuis, il a disparu des radars.

Maintenant, les rouges et l’Espoir tentent d’arracher une alliance qui permettra à tout un chacun de sauver la face. D’un côté, ils veulent que Navin Ramgoolam annonce qu’il va partager le mandat premier-ministériel. (Mais shuuuut, même s’il ne le fait pas par la suite, ce n’est pas grave, puisqu’il faut pour l’instance sauver la face). Ils veulent aussi que les postes de responsabilité au sein de l’opposition soient partagés.

Ainsi, le PTr récupèrera le poste de leader de l’opposition et le MMM celui de whip. Quant à Xavier-Luc Duval, il deviendra président du Public Accounts Committee, un poste important. C’est un mini leader de l’opposition. Bref, se rabibocher est beaucoup plus compliquer que divorcer. Ainsi, Boolell a transmis les conditions du PTr à Xavier-Luc Duval qui, en retour, lui a transmis celles de l’entente l’Espoir. Le tout sera discuté par le bureau politique du PTr bientôt.

Mercredi 19 Janvier 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.