Menu

Société

Maurice dégringole sur le classement de Reporters sans Frontières


Rédigé par E. Moris le Jeudi 5 Mai 2022

Cela ne fera pas perdre sommeil à Pravind Jugnauth, alias Shivaji, ou Bobby Hurreeram, alias Baahubali.



Maurice recule de trois places sur le classement de Reporters sans frontières sur la liberté de la presse. Le pays quitte la 61 place pour se retrouver à la 64e. Pas de quoi fouetter un chat, dirait Subashnee. Et qu’importe que le pays score 66,07 points contre 71,26 l’année dernière.

La dégringolade de Maurice sur ce classement n’émeut personne. Notre pays est sorti de la 25e place en 2007 pour arriver à la 64e place. Tout le monde s’en fout. Notons que près de nous, les Seychelles occupent la 18e place. Mais c’est surtout la fiche sur Maurice qui est intéressante. Comme à son habitude, Reporters sans frontières rappelle que le boycott de certains titres car soupçonnés d’être proches de l’opposition, critique « l’emprise totale » du gouvernement sur la MBC et dénonce « le manque d’indépendance » de l’Independent Broadcasting Authority. Cela, précise Reporters sans frontières, « ne contribue pas à l’émergence d’un journalisme de qualité ».

 

D’autant que les sanctions « ciblent très souvent les médias proches de l’opposition, comme en décembre 2020, lorsqu’une radio a écopé d’une interdiction de diffusion de 72 heures après qu’un syndicaliste a qualifié le Premier ministre indien, Narendra Modi de ‘raciste’ ». Mais ils s’en foutent au Bâtiment du Trésor et au sein de l’IBA. Pensez-vous qu’Ajay Ramphul et Bhoonesswar Rakumarsingh, de l’IBA, qui n’ont rien à voir avec le journalisme, ont quelque chose à battre ? Welcome to Mauritius… Mais ce qui est nouveau, c’est que Reporters sans frontières revient sur les critiques faites à l’encontre des correspondants des médias internationaux. Ceux-ci, selon l’ONG, ont été accusés d’avoir « noirci la situation sanitaire liée à l’épidémie ont pu être perçues comme une incitation à la violence envers ces journalistes dont l’identité est connue de tous ».

Jeudi 5 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.