Menu

Société

Maurice affronte le Royaume-Uni sur un nom de domaine ".io"


Rédigé par E. Moris le Mercredi 23 Mars 2022



La République de Maurice est comme un chien Basset. Ça aboie beaucoup et ça fait un bruit pas possible…Mais face à un Doberman, ça n’a aucune chance. Mais pour défendre son territoire, Maurice, le petit Basset, est prêt à tout.

Il y a une nouvelle guerre dans la guerre contre le Royaume uni. Cette fois, Maurice conteste au Royaume-Uni le droit d’utiliser le nom de domaine océan Indien, c’est-à-dire .io. Cela, sur la base, selon le gouvernement mauricien, que Londres n’a plus de droit légitime sur l’archipel des Chagos.

Il faut savoir que le nom de domaine .io a été attribué par l'Internet Assigned Numbers Authority à au British Indian Ocean Territory qui permet à la société Internet Computer Bureau Ltd, basée à Diego Garcia, de l’exploiter. Mais ce qu’on ne savait pas, c’est que le l’adresse .io est très demandée en ce moment, surtout par les sociétés opérant dans les monnaie digitales et ceux qui sont intéressés par l'économie numérique. D’où le fait qu’avoir une adresse mail se terminant par .io coûte plus cher que les autres noms de domaine. Mais Maurice veut changer tout ça.

D’abord, Port-Louis réclame que le Royaume-Uni cesse d’utliser ce nom de domaine. De plus, Maurice veut bénéficier des revenus générés par toute utilisation ultérieure de ce nom de domaine. Jagdish Koonjul, l'ambassadeur mauricien auprès des Nations unies, a déclaré au Guardian que la société basée à Diego Garcia a été contactée par Port-Louis qui a obtenu une réponse qui ne veut rien dire.

Les avocats du Groupe réfugiés Chagos aussi sont entrés dans la danse. Une plainte a été déposée auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques concernant le contrôle britannique du nom de domaine .io.

Mercredi 23 Mars 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.