Menu


Environnement

Mahébourg Waterfront : Les officiers de la SMF mobilisés pour enlever l’huile du rivage


Rédigé par E. Moris le Jeudi 6 Août 2020

Le Wakashio est drossé sur les récifs de Pointe d’Esny depuis 12 jours. Ce navire transportait, entre autres, des marchandises, 200 tonnes de diesel et 3 800 tonnes de fuel, et se dirigeait vers le Brésil de la Chine lorsqu'il s'est échoué sur les récifs de Pointe-d'Esny.



La situation semble se compliquer sérieusement malgré le ton rassurant des autorités mauriciennes il y a moins de 24 heures. "Le Wakashio ne peut pas couler", a assuré le directeur des affaires maritimes. Les photos sont "manipulées et trompeuses", c’est du fait d’une "manœuvre intentionnelle" visant à le rééquilibrer que le vraquier se serait à ce point incliné… Donnant ainsi l'impression qu'il coule.
 
Toutes les mesures sont prises par l’équipe de sauveteurs pour rééquilibrer le navire", a-t-on encore insisté du côté du gouvernement.

C'était sans compter sur ce coup de théâtre ce jeudi matin, avec un communiqué du Ministère de l’Environnement : "Le ministère a été informé aujourd'hui 6 août 2020 à 11 heures qu'il y a une brèche dans le navire MV WAKASHIO et qu'il y a une fuite d'huile", confortant ainsi les craintes de certains observateurs locaux tels que le collectif Eco-Sud.
 
Alain Donat, directeur des affaires maritimes, a confirmé que du carburant s’échappe du vraquier. Selon des témoins, une forte odeur de pétrole se propage dans l’air.

La marée noire est arrivée à Mahébourg

Il faut craindre le pire. L’huile se répand. Celle en provenance du Wakashio a déjà atteint le Mahébourg Waterfront. C’est ce que confirment des officiers de la garde-côte nationale. Les soldats de la Special Mobile Force tentent d’enlever l’huile des rivages du Mahébourg Waterfront.

A noter que les zones très sensibles, y compris le site Ramsar de Pointe-d’Esny et le parc marin de Blue-Bay, ont été protégées par des barrages. 



Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.