Politique

MTPA : Nilen Vencadasmy, un candidat battu à la tête du conseil d’administration

Vendredi 14 Février 2020

Jean Ferrat dénonçait ceux qui ont « tronqué leur idéaux contre un joli attaché-case ». Loin de nous l’idée de penser que les jeunes imbéciles finissent vieux cons, comme il chantait. Quoi que…

Nilen Vencadasmy, candidat battu de l’Alliance Morisien dans la circonscription no1 (Grande-Rivière-Nord-Ouest/Port-Louis-Ouest) aux dernières élections générales est désormais le nouveau président de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA).

Oublions ses propos selon lesquels, il ne sera jamais sur la même estrade que les Jugnauth, Bérenger et Ramgoolam ! 

Mais comment quelqu’un qui prônait le mauricianisme il y a peu, pourrait-il accepter une investiture octroyée sur une base sectaire et communale (dans le sens mauricien) ? L'inconstance d'un jeune homme qui clame faire partie du "renouveau" mais réputé pour être une girouette politique. (Voir vidéo)

Les "jeunes" aspirants politiques rattrapés par les limiers du Net.

Mais au-delà des positions à géométrie variable de Nilen Vencadasmy, il y a un phénomène plus dangereux. C’est le réseau que tisse Ken Arian autour de Pravind Jugnauth. Car il s’agit de deux amis, deux frères… et même anciens partenaires en affaire selon les mauvaises langues, et qui partageraient la même loge maçonnique. 

C’est dur à admettre, Paul Bérenger avait raison d’utiliser le terme « ramassis united ».

D’ailleurs, à cause de cette équipe construite avec tout et n’importe qui – et beaucoup de n’importe qui –, Pravind Jugnauth et l’Alliance Morisien sont en train de construire une toile d'araignée où tous les gobeurs de mouches sont alignés.

C'est donc ainsi que Ken Arian et ses copains, sont casés à tour de bras dans les institutions de l’État et qui, à leur tour, s’arrangent pour faire caser des proches à eux. Il y a un drôle de parfum qui émane au Royaume du Danemark...

 

Rédigé par E. Moris le Vendredi 14 Février 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.