Menu



Economie

Liste noire européenne : la chasse aux opérateurs délinquants dans le offshore mauricien


Rédigé par E. Moris le Lundi 8 Février 2021

Accusée d'être trop clémente envers les sociétés qui abusent des services de son centre offshore, Maurice fait le ménage tout en mesurant ses coups : elle ne veut pas effrayer ses clients.



Pour sortir au plus vite de liste noire de l'Union européenne (UE) pour le blanchiment d'argent, le gouvernement multiplie les gages de bonne foi envers les institutions chargées de juger la probité de son centre financier : l'OCDE, le Groupe d'action financière (GAFI) et l'UE. Tout en reconnaissant que l'île a mis en place un cadre législatif satisfaisant, ces institutions lui reprochent de ne pas faire appliquer les règles et lois édictées en matière de crime financier.

C'est ainsi que la Financial Services Commission (FSC), publie avec assiduité les sanctions qu'elle inflige à certaines sociétés inscrites dans son centre offshore, ainsi qu'à leurs directeurs. Sur son site, ces publications se sont intensifiées depuis décembre de l'année dernière, alors qu'une prochaine réunion avec le GAFI doit se tenir fin janvier.

Sanctions dans le centre offshore

La dernière sanction en date, publiée le 18 janvier, concerne un couple de Français, Xavier Rault et Delphine Rault. Condamné à quatre ans de prison pour escroquerie par le tribunal d'Angers en 2017 et interdit d'exercer en France, Xavier Rault avait poursuivi ses activités, notamment à Maurice, son compte LinkedIn le déclarant par ailleurs actuellement actif en Lituanie.

Fin décembre, la FSC a aussi interdit à un homme d'affaires russo-suisse, Aleksei Korotaev, qui avait pris des parts dans un club de football néerlandais, Roda JC, en 2018. Le club l'a évincé en mai 2020, après que Korotaev a eu des soucis avec la justice à Dubaï, mettant en lumière son réseau de sociétés offshore dans l'émirat et à Maurice entre autres.

En septembre, des sanctions ont été prises contre le financier suisso-angolais Jean-Claude Bastos, qui avait été accusé de détournement au détriment du fonds souverain angolais.

Malgré ces efforts, le gouvernement à du chemin à faire avant de satisfaire pleinement le GAFI et l'UE, faute de moyens pour sanctionner malgré la création d'une cour spécialisée pour le crime financier en septembre 2020.

L'autre crainte est que son activisme anti-fraude ne finisse par faire fuir les clients du centre offshore. La FSC propose un adoucissement des sanctions pour les sociétés ou individus en infraction qui acceptent de collaborer avec les autorités, avec une remise maximale de 30 % si un accord à l'amiable est trouvé avant même que le dossier ne soit référé à son comité d'application des peines.

Lundi 8 Février 2021


1.Posté par P.mass le 09/05/2021 11:10
Du menu frotin !!! Pour amuser la galerie

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.