Menu


Société

Les voyageurs des Chagos sont de retour


Rédigé par E. Moris le Jeudi 12 Décembre 2019

Mercredi, les 26 personnes vivant à Maurice ayant effectué le voyage sur les îles de l’archipel des Chagos aux frais de Sa Majesté sont retournés au pays.



L’intérieur des terres des îles est recouvert par une jungle dense. (Photo d’illustration  capture d’écran Google Street View)
L’intérieur des terres des îles est recouvert par une jungle dense. (Photo d’illustration capture d’écran Google Street View)
Il s’agit de natifs des Chagos ou alors des descendants des Chagossiens. Ils ont passé une semaine dans l’archipel. Ils disent avoir des images plein la tête.

Ces Chagossiens ont pu se recueillir sur la tombe de leurs ancêtres. Notons qu’il y avait aussi des chagossiens vivant aux Seychelles et en Grande Bretagne à avoir fait le déplacement, organisé par le Foreign Office de la Grande-Bretagne.

Une prochaine visite est prévue en février 2020.

C'est dans un contexte assez particulier que se déroule ce voyage. Le ministre des Affaires étrangères, Nando Bodha affirme pour sa part lors d'une conférence de presse ce jeudi 12 décembre, que « peu importe le gouvernement qui remportera les élections au Grande Bretagne, l'important est que le prochain gouvernement reconnaisse la souveraineté de Maurice sur le Chagos. » Cette déclaration intervient alors que se tiennent ce jeudi les élections législatives anticipés en Grande Bratagne.

Rappelons que cette visite intervient après l’expiration du délai de l’ONU, dans une résolution non-contraignante, octroyé à la Grande-Bretagne pour mettre fin à son occupation illégale des Chagos.

Le Groupe Réfugiés Chagos avait manifesté devant le Haut-commissariat britannique, à Port-Louis,  pour protester contre le refus du gouvernement britannique de se retirer de l'administration des Chagos. Un premier voyage du genre avait été organisé en octobre et un prochain est prévu en février 2020.

 



Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.