Menu



Société

Les messages du Cardinal Piat dans sa lettre pastorale


Rédigé par E. Moris le Mercredi 17 Février 2021



Le message est clair. Diplomatique mais limpide ! « Le pays a besoin de personnes qui mettent le bien commun du pays au-dessus de tout intérêt personnel, qu’il soit économique ou politique », écrit le cardinal Maurice Piat dans sa lettre pastorale. À bon entendeur salut.

Le chef de l’église catholique à Maurice a présenté la traditionnelle lettre pastorale face à la presse hier, soit veille du début du carême 2021. Si le thème est « Espérer encore aujourd'hui », l’Évêque de Port-Louis évoque la crise sociale et économique qui frappe le pays. S’il soutient qu’il veut montrer qu’il y a encore des raisons d’espérer, il adresse quelques mises en garde et même de petites gifles très gentilles.

Pour sortir d’une crise aussi grave que celle-ci, écrit -il, le pays a besoin de compétences techniques, mais aussi et surtout de la sagesse et de la vision d’hommes et de femmes au grand cœur qui mettent le bien commun du pays au-dessus des intérêts personnels, qu’ils soient économiques ou politiques. Il insiste aussi que le pays a besoin « de personnes capables de conjuguer la Justice et la Paix sociale ». Des nouveaux Martin Luther King, Mahatma Gandhi ou Nelson Mandela.

Et le cardinal de souligner peu de personnes arrivent à conjuguer les deux. Là où ça fait un peu plus mal, c’est lorsque le chef de l’église catholique soutient que « le gouvernement a tout à gagner de rencontrer les différents professionnels de ce pays ». Car, explique-t-il, la meilleure façon de sortir d’une crise c’est assurer la collaboration de tout un chacun. Quant à la pire façon, c’est lorsqu’un gouvernement est sur la défensive.

Le cardinal donne un petit satisfecit au gouvernement pour avoir laissé tenir la marche de l’opposition du 13 février. Il affirme cependant qu’il n’est « pas d'accord avec le slogan BLD », car il s’agit d’un gouvernement élu démocratiquement.

Mercredi 17 Février 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.