Menu



Société

Le symbolisme pour lutter contre l’IBA (Amendment) Bill


Rédigé par E. Moris le Vendredi 26 Novembre 2021



C’est comme sourire à une personne qui est dans la peine. C’est rien mais c’est beaucoup en même temps. Des ONGs ont décidé de tenir des manifestations symboliques un peu partout ce vendredi à midi pour dire NON aux amendements prévus àl’IBA Act.

C’est une initiative de l’ONG Smart Citizen et d’une Plateforme citoyenne. Les dirigeants avaient convié la presse jeudi pour exprimer leur opposition aux amendements proposés à l’IBA Act. Tous ont insisté sur la nécessité de préserver la liberté d’expression. Ils demandant la constitution de groupes de moins de 10 personnes pour lancer un message au gouvernement.

Notons que ce même jour, le projet de loi sera débattu au Parlement. Rappelons que de plus en plus de personnes et de personnalités ont pris position contre ce projet de loi. Ainsi, Rajen Narsinghen, prof de droit à l’université de Maurice, a déclaré que c’est « le dernier clou planté dans le cercueil de la démocratie».

Il réclame l’union de tous les partis d’opposition mais aussi des dirigeants de partis de gauche « pour sauver la population ». Jean-Luc Mootoosamy, de Media Expertise, a aussi pris position. Il a déclaré que ces amendements constituent « une tentative d’asphyxier la presse et les médias ». Pour lui, la survie des radios privées est menacée.

Dev Sunnasy a été moins diplomate. Pour lui, Pravind Jugnauth « tente de calquer les radios privées sur la MBC ». Le leader de l’opposition a aussi pris position. Xavier-Luc Duval estime que « le GM profite de la crise sanitaire pour faire voter des lois visant à étouffer la voix du peuple ». Pour lui, le gouvernement doit son salut aux restrictions sévères en raison de la situation sanitaire car il y aurait eu des manifestations monstres dans le pays. Rama Valayden a été plus direct. « Ils tentent de museler la population en prévision des futures élections municipales ». Lui aussi lance un appel à l’unité de l’opposition parlementaire et extra-parlementaire.

Vendredi 26 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.