Menu

International

Le guru de la « reine de la bourse indienne » proposait des rencontres dans les paradis fiscaux, dont Maurice


Rédigé par E. Moris le Mercredi 9 Mars 2022



Chitra Ramkrishna, ancienne directrice générale du National Stock Exchange indien, a été arrêtée dimanche après-midi dans le cadre d’un étrange scandale de mauvaise gouvernance d'entreprise mettant en scène un supposé yogi de l'Himalaya.

Chitra Ramkrishna, autrefois surnommée la « reine de la bourse », aurait reçu des conseils commerciaux d'un mystique tout au long de son mandat, soit de 2013 à 2016. Un rapport publié par les régulateurs le mois dernier a révélé des détails accablants sur la façon dont cette professionnelle de 59 ans a partagé des informations sensibles avec son conseiller spirituel qu'elle aurait rencontré au bord du Gange.

Pour les auteurs, elle « avait abdiqué tous ses pouvoirs au profit de l'inconnu » et n’était qu'une « marionnette entre ses mains ». Elle avait, sur les conseils prétendus du yogi, recruté Anand Subramanian, qu’elle avait promu avec un salaire astronomique. Cela, alors qu’il n’avait aucune expérience pertinente dans le domaine de la bourse. 

Pour les enquêteurs, c’est Anand Subramanian lui-même qui avait inventé le yogi pour manipuler Chitra Ramkrishna. Mais ce qui nous concerne, c’est que certains courriels ont montré que le yogi proposait des rencontres aux Seychelles, à Singapour et à Maurice, considérés comme des paradis fiscaux. Les enquêteurs craignent une éventuelle évasion fiscale.

Ramkrishna et Subramanian auraient, en 2015, commencé à manipuler le marché, en permettant à des courtiers d’avoir un accès préférentiel à la bourse. L’ancienne « reine de la bourse » soutient que le yogi « se manifestait à volonté » et qu’elle « n’avait pas de coordonnées de localisation ». Il avait simplement une adresse mail. Comme quoi !

Mercredi 9 Mars 2022


1.Posté par Caro le 09/03/2022 07:25
Maurice ne serait plus un paradis fiscal?
Ah ben zut alors! On nous aurait menti?

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.