Menu



Société

Le chef juge promet un dénouement rapide dans l’affaire de Rezistans ek Alternativ


Rédigé par E. Moris le Mercredi 8 Mai 2019



L’attente touche à sa fin. La plainte de Rezistans ek Alternativ contestant l’obligation faite à tout candidat à des législatives de décliner son appartenance ethnique a été appelée en cour suprême ce matin, devant le chef juge Eddy Balancy et le Senior Puisne Judge Asraf Caunhye.

Il ressort de cette audience qu’il y aura bel et bien un procès. Et mieux, le chef juge a annoncé que cette affaire va connaître un dénouement rapide. Ce qui signifie qu’il ne va pas prendre beaucoup de temps à donner sa décision.

L’affaire, rappelons-le, sera prise sur le fond à partir du 17 mai prochain. Un procès était devenu inévitable du fait que les deux parties se sont de nouveau retrouvées devant un deadlock. La représentante de l’État, Me Prameeta Devi Goordyal-Chittoo, a rappelé qu’un projet sur la réforme électorale a été débattue récemment au Parlement et elle a demandé aux représentants de Resistans ek Alternative de patienter jusqu’à ce qu’il soit voté.

Après quoi, la loi sera promulguée. Mais Me Rez Stephen, le représentant de Rezistanks ek Alternativ, a indiqué qu’il n’est pas question d’attendre. D’autant que personne ne sait ce qu’il va advenir de ce projet de loi, dont le passage au vote a été retardé par le Premier ministre.

Après avoir rencontré les avocats des deux camps en chambre, Eddy Balancy a fixé les débats le 17 mai.

Mercredi 8 Mai 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.