Politique

Le cas Christopher Perrine en vedette

Mardi 27 Novembre 2018

Pourquoi la Commission de pourvoi en grâce n’a pas obtenu toutes les informations concernant Christopher Perrine lorsqu’elle étudiait son cas ? C’est la question qu’a posée Veda Baloomoody, qui s’est appuyé sur des propos de sir Victor Glover, président de la Commission de pourvoi en grâce, dans une interview. 

L’ancien chef juge a indiqué que la commission n’avait pas reçu certaine informations, d’où sa décision de lui accorder la grâce présidentielle.  

Christopher Perrine avait été condamné à 18 ans de prison en 2009 pour le viol d’une adolescente française. Cette dernière était en vacances à Maurice. Ce récidiviste a aussi été épinglé pour plusieurs cas de vols. 

Mais en 2018, sa demande pour l’obtention de la grâce présidentielle a été agréée. Toutefois, quelques mois seulement après sa sortie de prison, il perpétrait un vol au domicile de l’adjointe au commissaire des prisons Guneeta Aubeeluck, où il a même séquestrée la fille de cette haut-gradée des prisons.  

À Veda Baloomoody, le Premier ministre a répliqué que, d’après la procédure, c’est à la commission de demander les informations qui lui seront utiles. Alan Ganoo a alors demandé s’il ne fallait pas modifier la Constitution afin de faire provision que les personnes ayant obtenu la grâce présidentielle mais qui récidivent complètent leur peine de prison initiale. 

Lire également : 

https://www.zinfos-moris.com/Vol-avec-violence-chez-le-DCP-Aubeeluck-Le-suspect-etait-deja-fiche-a-la-police-pour-vol-et-viol_a1972.html 

https://www.zinfos-moris.com/Dossier-judiciaire-Le-systeme-de-pourvoi-en-grace-ebranle-par-l-affaire-Perrine_a2315.html 


https://www.zinfos-moris.com/Judiciaire-Christopher-Perrine-gracie-ce-qu-il-faut-retenir_a2321.html  

Rédigé par E. Moris le Mardi 27 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.