Menu


Politique

Le Conseil des ministres joue les démineurs


Rédigé par E. Moris le Lundi 27 Avril 2020



Il s’en est fallu de peu pour que la bombe éclate via visioconférence. La situation avait atteint le seul critique. Entre le chef juge sur le départ Eddy Balancy et le représentant du Parquet, Me Yvan Jean Louis, les choses risquaient de dégénérer.

Avec le premier critiquant l’Attorney General’s Office et le State Law Office, soulignant que ces deux bureaux ne sont plus ce qu’ils étaient à son époque. Et avec le second accusant le chef juge d’avoir un comportement qui ne sied pas à sa fonction. Le tout sur l’affaire de contestation de l’obligation faite aux avocats d’avoir un mémo de la police pour pouvoir assister un client.

L’affaire opposant Lovena Sowkhee au commissaire de police a de loin dépassé le cadre d’une simple contestation procédurale lorsqu’à deux reprises, le représentant du Parquet a invité le chef juge à se récuser et lorsque le chef juge a eu des mots durs à l’encontre des dirigeants du State Law Office.

La guerre allait devenir ouverte entre ces deux institutions indispensables dans l’administration de la justice. D’où l’intervention du Conseil des ministres dimanche. En modifiant les règlements pour permettre aux hommes de loi de circuler sans nécessité du mémo, le gouvernement a sauvé la situation, évitant en même temps le conflit ouvert pour le dernier procès de Balancy.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.