Menu

Société

Lancement du premier satellite mauricien, le MIR-SAT1 à bord d'une fusée SpaceX Falcon 9


Rédigé par E. Moris le Jeudi 3 Juin 2021

Maurice se lance dans l’exploitation de la technologie spatiale/satellite pour ses avantages socio-économiques.



Le premier satellite mauricien, MIR-SAT1, sera lancé ce jeudi 3 juin à 21H30, à bord d'une fusée SpaceX Falcon 9 lançant la mission CRS2 SpX-22 vers la Station spatiale internationale.

Le satellite a été conçu par une équipe d'ingénieurs mauriciens et un radioamateur expérimenté de la Mauritius Amateur Radio Society en collaboration avec des experts de l'AAC-Clyde Space UK.

Une fois que le nano-satellite mauricien ( le « cube sat », d’une dimension de 10x10x10 cm) aura été déployé dans l'espace et commencé à tourner autour de la terre, la station terrestre installée au Mauritius Research and Innovation Council, à Ebène, pourra entrer en contact avec lui environ 4 à 5 fois par jour.

Ce dernier a une station au sol qui lui permettra de recevoir des images et des données satellites, lesquelles seront ensuite traitées pour aider Maurice dans la gestion et la prévention de catastrophes. Ce projet de Rs 22 millions a été rendu possible grâce à une collaboration entre Maurice, par une équipe d’experts du MRIC qui opère sous l’égide du ministère de la Technologie de l’Information, de la Communication et de l’Innovation, sous le programme des Nations Unies, notamment le United Nations Office for Outer Space Affairs (UNOOSA) et le Japan Aerospace Exploration Agency (JAXA). 

Le satellite mauricien serait un tremplin pour que Maurice ait son propre satellite géostationnaire qui pourrait fournir des données importantes. Notamment par rapport à la surveillance du pays et l'exploitation durable de la zone économique exclusive de Maurice.

Jeudi 3 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.