Menu

Société

« Laissez-nous vivre comme des citoyens heureux » : Ayesha Jeewa for PM


Rédigé par E. Moris le Vendredi 6 Mai 2022

Frêle, dotée d’une petite voix… Elle avait sûrement le trac, ce qui fait qu’elle a parlé très vite. Mais ce qu’elle a dit est fort, retentissant.



@ Capture d'écran
@ Capture d'écran
L’avouée Ayesha Jeewa, qui a rédigé la demande pour l’obtention d’un ordre d’habeas corpus pour Akil Bissessur, a dit quelques mots aux journalistes hier après-midi. Elle a été la dernière à parler. Pourtant, elle a mieux parlé que les autres avocats d’Akil Bissessur. Du moins, ses paroles étaient plus fortes.

Nous avons aimé ce qu’elle a dit. « Laissez-nous commencer à vivre comme des citoyens heureux ! » Cela veut tout dire. Pas besoin d’un long discours. Il est où le bonheur ? « Il faut commencer à respecter les droits des gens ! » Cette phrase d’Ayesha Jeewa aussi se passe de commentaires. C’est Shakeel Mohamed qui a rappelé qu’Ayesha Jeewa était l’avouée, commise d’office de la Sri Lankaise déportée en 1993 par le gouvernement de sir Anerood Jugnauth. Dans son jugement, Robert Ahnee l’avait félicitée pour son professionnalisme.

Hier donc, elle a déclaré qu’elle est heureuse qu’Akil Bissessur ait pu sortir. Elle a ajouté qu’elle espérait que personne n’aurait à faire une demande d’habeas corpus pour elle dans un futur proche. Non pas parce qu’elle craint que ce soit. Mais parce qu’il y a un problème dans le pays. Mais ce qu’elle a dit encore est très intéressant : « Il y a des gens qui peuvent payer les services d’un avocat. Mais ce n’est pas le cas de la majorité de la population. La société est en forme pyramidale. C’est-à-dire qu’il y a un groupe en haut et une majorité au bas. » Rien que pour ça, la rédaction peut hurler « Ayesha Jeewa for PM ». Ce serait un bon d’air frais.

Vendredi 6 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.