Menu



Société

La veuve Kistnen victime d'une campagne dégoûtante sur les réseaux sociaux


Rédigé par E. Moris le Lundi 18 Janvier 2021

Vous pensez avoir tout vu et entendu ? Non. Ils sont capables du pire.



Une vidéo sous forme de clip circule sur la veuve de Soopramanien Kistnen, sur les réseaux sociaux publiée par un Fake profil et une page pro MSM. Une campagne infecte et dégoûtante qui est non sans rappeler celle dont a fait l'objet l'ancien Premier ministre Navin Ramgoolam lors de la dernière campagne législative ou encore tout récemment l'activiste Bruneau Laurette.

Les mêmes effets d'annonce et le même style : Salir l'image de la personne en évoquant sa vie privée avec des insinuations graves et condamnables. Un acte d'une grande lâcheté. 

Nous espérons que les "Pom-pom girls" du MSM, les Kalpana Konjoo-Shah, Joanne Tour et Subhasnee Luchmun Roy entre autres, toujours promptes à défendre la veuve et l'orphelin, surtout lorsqu'il s'agit de défendre "l'honneur" de l'épouse du Premier ministre, condamneront publiquement  et sans appel ce genre d'agissements. 

Rappelons qu'une plainte a été déposée par l’épouse de Soopramanien Kistnen contre le ministre du Commerce, Yogida Sawmynaden. Celui-ci fait l'objet d'une private prosecution.

Shakuntala Kistnen a expliqué qu’elle a appris qu’elle est officiellement la Constituency Clerk de Yogida Sawmynaden. Cela, sans qu’elle ne soit au courant et sans qu’elle n’ait jamais touché le salaire mensuel de Rs 15000 qu’un Constituency Clerk doit toucher.

N'oublions pas que Soopramanien Kistnen est décédé de manière suspecte. Cet ex agent du MSM a été retrouvé mort le 18 octobre dans un champ de cannes à Telfair, Moka. Son corps était partiellement calciné. Un crime déguisé en suicide en premier lieu avant qu'un panel d'avocats vienne démontrer les dessous de cette affaire sordide.

Lundi 18 Janvier 2021


1.Posté par kersauson de (p) le 05/06/2021 17:26
salopards de jugnault !!
sans fwa ni lwa !!

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.