Menu

Politique

La rentrée parlementaire s'annonce chaude ce mardi


Rédigé par E. Moris le Lundi 17 Octobre 2022

Ça repart ! Après trois mois de vacances, les élus reprennent le chemin de l'hémicycle. Du moins ceux qui ne sont pas sous le coup d'une suspension.



En général, la première séance de chaque session est toujours molle. Néanmoins, les dossiers sont tellement chauds que l'ambiance pourrait s'enflammer brusquement. Par exemple, les questions sur les actes de sabotage de la piste du Champ de Mars risque de mettre le feu à l'hémicycle. Surtout lorsqu'on connaît l'antagonisme des formations de l'opposition pour le nouveau Roi du hippisme. Les interpellations sur l'enquête sur le meurtre de Soopramanien Kistnen pourraient aussi provoquer des étincelles.

Notons la question sur Dev Bheekarry, conseiller du Premier ministre, notamment sur les missions qu'il a effectuées à l'étranger. Toutes ces questions concernent le Premier ministre. Pour ce qui est de celles adressées aux autres ministres, soulignons celle d'Adil Ameer Meea sur les prix des carburants et celle de Reza Uteem sur les vaccins périmés. En tout cas, même si la séance pourrait être tranquille finalement, on peut compter sur le Speaker pour assurer l'ambiance, tel un bon GO (gentil organisateur) du Club Med !

Patrice Armance sort l'artillerie. Il renaît de ses cendres à l'occasion de la rentrée parlementaire ce mardi 18 octobre. Commentant le nombre d'interpellations restées sans réponses, Patrice Armance affirme que cela relève d'un manque envers les députés et la population. Pour lui, cela équivaut aussi à une atteinte à la démocratie. Il n'a pas tort Patrice Armance. Mais tout cela ne va nullement inquiéter le gouvernement. Rappelons qu'avec le MSM, il y a un abus des procédures pour éviter de répondre aux interpellations.

Lundi 17 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.