Menu

Société

La mairie de Port-Louis reprend le Champ de Mars au MTC


Rédigé par E. Moris le Jeudi 28 Avril 2022

C’est le premier clou dans le cercueil du Mauritius Turf Club. La mairie de Port-Louis a repris possession de ses droits sur le Champ de Mars.



Rappelons que tout le terrain appartient à l’État. La mairie a la gestion mais a cédé cela au club. En reprenant ses droits, il fait du MTC un sans-domicile-fixe. Comment organiser des courses dans piste et sans terrain ? La lettre a été envoyée hier au MTC. La mairie affirme qu’en n’ayant pas de licence d’organisateur de courses, le MTC (à travers sa filiale, la MTCSL) ne peut organiser les courses hippiques. De ce fait, il prive la mairie ainsi que l’État de revenus. Idem pour les autres opérateurs !

 

De ce fait, la mairie de Port-Louis n’a d’autre choix que de mettre fin à l’accord, qualifié de concession et privilèges, avec le MTC. Il reprend le terrain. Mais il y a un détail dans la lettre. Le Chief Executive de la mairie précise que c’est une instruction du ministère de tutelle, soit celui des Collectivités locales, qu’elle prend cette décision. Il est malin. Donc, le gouvernement botte le MTC hors du Champ de Mars et pourra, à loisir, octroyer l’organisation des courses, au même Champ de Mars, à l’autre compagnie qui a obtenu une licence pour organiser les courses hippiques. Il s’agit de la société du tandem Obeeram-Lee Shim. La mort du MTC, au profit du businessman Lee Shim, était programmée depuis belle lurette. C’est d’ailleurs ce qu’a soutenu Jean-Michel Giraud dans les médias. Le complot a été un réel succès.

Jeudi 28 Avril 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.