Menu



Société

L’hôtel Plaza en centre de quarantaine : les Curepipiens déplorent le manque de communication du maire


Rédigé par E. Moris le Jeudi 1 Octobre 2020



Après l'hôtel Champ-de-Mars, situé à côté de l’hippodrome éponyme, à Port-Louis, qui avait été mis à la disposition des autorités pour servir en tant que centre de quarantaine, les Curepipiens se sont réveillés avec une drôle de surprise, en début de semaine.

Le Plaza Hôtel, au centre-ville de Curepipe a été transformé en centre de quarantaine. Les habitants et commerçant ne digèrent pas le manque de communication du maire concernant cette décision, ayant été mis devant le fait accompli.

L'hôtel situé au centre-ville et à proximité de lieux fréquentés par les Curepipiens, Lindsay Paul, leur porte-parole, estime que ces derniers ne sont pas rassurés. Les commerçants craignent pour leur part que la peur s'installe et leurs boutiques désertés par les Curepipiens.

Rappelons que c'est lors de la conférence de presse du mardi 29 septembre, que le Dr Zouberr Joomaye, conseiller au Bureau du premier ministre (PMO), a affirmé que l’hôtel a été converti en centre de quarantaine depuis quelque temps. Il précise qu’un suivi est effectué pour veiller à ce que ces centres suivent le protocole sanitaire.

Soulignons que 150 personnes sont rentrées à Maurice pour le compte d'un groupe de construction en provenance d’Inde lundi 28 septembre. Ils sont en quarantaine dans trois hôtels, notamment l’hôtel Plaza situé à Curepipe. D’autres sont en quarantaine à l’hôtel Champs de Mars à Port-Louis et l’hôtel Riva Bella à Pointe-aux-Sables. 11 de ces 150 ouvriers étrangers ont été testés positifs au nouveau coronavirus en quarantaine. Ils ont été transférés à l’hôpital ENT et leur état de santé est stable.

Selon le porte-parole du National Communication Committee, ses travailleurs « ne sont pas entrés en contact avec d’autres passagers mauriciens sur le même vol ». 

Jeudi 1 Octobre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.