Menu

Société

L'émission C à vous sur France5 parle de "Crimes contre l'humanité dans l'archipel des Chagos"


Rédigé par E. Moris le Mardi 20 Septembre 2022



Dans son édito, Patrick Cohen s'est penché, dans l’émission quotidienne C à vous sur France 5 diffusée à 19h, à la suite des obsèques de la Reine Elizabeth II, sur un sujet d'actualité, l’archipel des Chagos, dernière colonie de l’empire britannique.

 "Crimes contre l'humanité dans l'archipel des Chagos"

"C'est une histoire effarante, racontée par l'écrivain britannique Philippe Sands, dans "La dernière colonie" qui vient de paraître chez Albin Michel. Il s'agit de l'exil forcé il y a 50 ans des habitants des Chagos, un archipel paradisiaque au coeur de l'Océan Indien. Depuis le XVIIIe siècle des descendants d'esclaves vivaient paisiblement de la pêche et de la production d'huile noix de coco jusqu'à ce que les Britanniques décident dans les années 60 de séparer les Chagos du territoire colonial de l'île Maurice pour en faire cadeau aux Américains et les laisser y installer une base militaire. Ce sera Diego Garcia, la plus grande base navale et militaire en dehors de leur territoire. Problème : les Américains ont exigé qu'il n'y ait plus aucun habitant dans aucune île de l'archipel. Ils font croire aux Nations Unies qu'il n'y a pas d'habitant sur île, les affament et organisent leur déportation en 1972 et 1973 vers l'île Maurice et les Seychelles dans des conditions épouvantables. La plupart des Chagosiens ont vécu d'abord dans les bidonvilles de Maurice, mais ils se sont battus et ont gagné tous leurs combats devant les instances internationales."

Mardi 20 Septembre 2022


1.Posté par Caro le 20/09/2022 21:34
QUI a vendu les Chagos aux Anglais???
Hein? Faut arrêter un peu avec ça , dans les “vendeurs” à cette époque, il y avait le père jugnauth… alors camembert!

2.Posté par pharma le 21/09/2022 04:25
Et dans 50 ans que dira t’on d’Agalega ?

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.