Menu

Société

L’ambassadeur de l’UE, Vincent Degert enfonce le clou


Rédigé par E. Moris le Mercredi 29 Juillet 2020



Diplomatiquement, Vincent Degert a enfoncé un clou dans le dos du gouvernement. Interrogé ce mercredi, à l’issue d’un atelier de travail avec la police, l'ambassadeur de l’Union européenne ne s’est pas fait prier pour gifler, gentiment certes, le gouvernement.

« Maurice a ratifié un certain nombre de conventions internationales. Mais il ne suffit pas de faire cela. Il faut transposer dans les lois locales », a déclaré Vincent Degert. Et de lancer un uppercut, mine de rien : « On attend toujours le Children’s Bill ou le Gender Bill ! » Une rose à Kalpana !

Interrogé aussi sur la loi sur les télécommunications, Vincent Degert soutient qu’il faut l’appliquer, mais que s’il y a des imperfections, il faut modifier. Car, a-t-il insisté, l’un des fondements de la démocratie est la liberté d’expression. C’est bien quand un ambassadeur utilise son droit à la parole !

Mercredi 29 Juillet 2020


1.Posté par Émilie Carosin le 30/07/2020 11:11
Oui en effet, ces Bill q won't très attendus. En ce qui concerne l'égalité des genres, il ne faut pas oublier que c'est un problème structurel. Il en va aussi de la responsabilité des médias de montrer leur respect. Par exemple en se référant à madame la ministre comme tel et pas simplement avec son nom de famille ;)

2.Posté par Jean M. Drouin le 19/10/2020 21:56
Oui, en effet, c'est bien, même très bien, qu'un homme, une femme ou une personne appartenant aux nombreux genres en tous genres, puisse s'exprimer en usant de son droit à la parole, comme il est dit dans ce court article.

Que nous dit l'article? Que le gouvernement mauricien a un clou enfoncé diplomatiquement dans le dos. Et ce, grâce, pour ne pas dire à cause de ce monsieur, ambassadeur de son état d'une organisation supranational appelée Union Européene, qui a dû quand même présenter ses lettres de créances à ce même gouvernement qui les a accepté et sans lesquels Son excellence ne pourrait exercer dans la juridiction de l'Île Maurice. Elle est propre la diplomatie de cette Union Européene. C'est ce qu'ils appellent le "soft power". Prions que le clou enfoncé ne soit pas rouillé sinon c'est le Tétanos assuré. Continuez comme ca, messieurs et dames de la diplomatie Union Européanesque. Attendez-vous à la pareil, un jour ou l'autre. Et ce ne sera que justice.

On est aussi informé par cet artilce que Son Excellence a eu un atelier de travail avec la police mauricienne à l'issue duquel il "ne s'est pas fait prier pour gifler, gentiment certes, le gouvernment mauricien". Depuis quand les diplomates ont des ateliers de travail avec notre police à Maurice? De quel droit? Qui leur a donné ce droit?

Des ambassadeurs qui lancent des "uppercuts, mine de rien" c'est plutôt déplacé non, et ca peut faire mal en plus. Agréssif, l'ambassadeur? Son excellence serait-il boxeur à ses heures? Ou alors, l'Union Européene aurait-il déplacé sa diplomatie sur un ring de boxe pour tous les pays qu'elle peut facilement harceler?

L'on pourrait continuer à épiloguer sur le ton, l'art et la manière de cet article et des serviteurs de cette Union Européene qui devient de plus en plus dictatoriale. Fais ce que je te dis et, pendant ce temps, moi je fais ce que je veux.

Mais comme le rappelle Monsieur l'ambassadeur: "l’un des fondements de la démocratie est la liberté d’expression", espérons que ce commentaire d'un enfant de l'ìle Maurice ne sera pas censuré comme c'est souvent le cas dans son Union Européene à lui.

Si vous, Zinfos Moris, décidez de censurer, ce message apparaitra ailleurs et le concerné, Son Excellence, en sera informé. D'ailleurs, au passage, selon vos propres critères qui dictent que "aucun commentaire comportant des propos incendiaires ne sera toléré", vous devriez réecrire votre article car il ne fait pas de doute qu'il est truffé de "propos incendiaires" avec des "gifles" et des "uppercuts".

Mais simplement pour revenir sur les projets de loi sur le genre, j'aimerai rappelé à Son Excellence et tous les lecteurs de votre journal en ligne, que notre pays a eu d'illustres personnages qui n'en faisaient pas des tonnes sur ce sujet. Nous avons même eu un grand tribun qui était bisexuel dont nous fêtons cette année (2020)
l'anniversaire de sa naissance, Il était aimé de tous et sa mémoire est encore vive dans le coeur de tous les Mauriciens dignes de ce nom. Et nous n'avions pas, ni alors ni maintenant, besoin de lois pour nous dire comment traiter les uns et les autres dans notre société mauricienne. C'est ne pas connaître la sensibilité qui fait de nous ce nous sommes que de vouloir dicter une certaine idéologie en se servant, entre autres. du chantage financier.

Vive l'Île Maurice.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.