Menu

Société

L’Acim et consorts obtiennent un ordre de la cour pour tenir un rallye d’après son trajet initial


Rédigé par E. Moris le Samedi 28 Août 2021



C’est ce qu’a annoncé Jayen Chellum, porte-parole de l’ONG, hier après-midi. Il a déclaré qu’en tant qu’organisatrice d’un deuxième rallye, il ne pouvait accepter les conditions de la police.

Notons que l’Acim et d’autres organismes comptaient organiser un rallye ce vendredi. Cela devait être leur deuxième manifestation populaire en l’espace d’un mois. Toutefois, la police n’a pas donné son aval et a exigé que le trajet initial soit modifié.

Pour Jayen Chellum, les conditions de la police étaient inacceptables. D’autant que la police a pris plus de 48 heures pour imposer ces conditions. Il a rappelé que la police avait été officiellement informée de la tenue de ce rallye le 14 août. Toutefois, ce n’est que le 23 août qu’elle a réagi et imposer certaines conditions avant de donner son aval. « La police a transgressé la Public Gathering Act », a déclaré Jayen Chellum. Il a soutenu que, selon la loi, la police devait, en cas d’imposition de nouvelles conditions ou de modifications, réagir dans les 48 heures. 

Il a expliqué que l’Acim et ses hommes de loi se sont tournés vers la justice. Ils ont réussi à obtenir une audience de la juge Johan Moutou-Leckning, malgré le fait que la cour suprême est en congé. Celle-ci, selon Jayen Chellum, a émis un ordre ordonnant à la police de respecter le trajet initial. Il faut néanmoins souligner que la Chief State Attorney Nirsimooloo, qui représentait la police, a indiqué que les forces de l’ordre n’avaient aucune objection à ce que le rallye ait lieu selon le trajet initial. La juge n’avait donc qu’à entériner l’accord.

Ce qui n’empêche pas Jayen Chellum de clamer que « c’est une grande victoire pour la démocratie ». Il affirme qu’il y aura plusieurs manifestations qui seront organisées dans le cadre de la hausse générale des prix.

Samedi 28 Août 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.