Menu



Société

L'ACIM veut contester la hausse du prix des carburants et annonce une manif


Rédigé par E. Moris le Mercredi 7 Juillet 2021



Jayen Chellum, le secrétaire général de l'Association des consommateurs de l'île Maurice, a annoncé son intention de contester devant les tribunaux la récente augmentation de deux roupies du prix du carburant. C'était lors d'une conférence de presse.

Étaient également présents : Rajen Narsinghen, Senior Lecturer à l'Université de Maurice, Bruno Laurette, de Linion Sitwayen et de nombreux travailleurs sociaux, dont Georges Ah Yan. 

Jayen Chellum a déploré une augmentation générale des prix de tous les produits. Il affirme qu’il faut s'attendre à d'autres augmentations en raison des récentes décisions prises par le gouvernement : dévaluation de la roupie et prélèvement de Rs 2 sur le prix du carburant. Et comme pour jeter l’huile sur le feu, sans jeu de mots, il y a eu une hausse du prix de l'huile comestible. 

Jayen Chellum a ensuite annoncé que son organisation envisage la possibilité de contester la dernière augmentation de deux roupies du prix du carburant. Rajen Narsinghen a expliqué que l'ACIM l'a contacté avec deux Senior Counsels et d'autres experts juridiques afin de déterminer la meilleure stratégie pour porter l'affaire devant le tribunal. Il a ajouté que du temps est nécessaire pour déterminer la meilleure option. 

Bruneau Laurette, pour sa part, a annoncé qu'une manifestation sera organisée pour dénoncer la récente augmentation des prix du carburant. Il a ajouté que son ONG demandera l'autorisation de la police. Si elle n'est pas accordée, il a menacé de recourir à des actions de débrayage dans toute la capitale. 

Jayen Chellum a également sévèrement critiqué la structure du prix du carburant, affirmant que le prix réel à la pompe contient tant de taxes et de "contributions".

Mercredi 7 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.