Menu

Société

Jugnauth : « Sa kass fond public la, mo faire kuma dire li mo propre largent sa, mo bizin faire de sorte ki mo depense li bien »


Rédigé par E. Moris le Mardi 29 Mars 2022



Pravind Jugnauth : «L’argent public couma mo l’argent. Kan mo depense, mo faire gagne value for money».  Malgré ses belles promesses, la dette publique continue d’augmenter et comme toutes les années, ce sont les anomalies concernant les organismes budgétivores qui retiennent l’attention. Le rapport de l'audit pour l’année financière 2020/2021 est sans appel, l'argent des contribuables est jeté par la fenêtre.

80% des problèmes soulevés pas encore réglés 

En ce qui concerne les rapports de l’audit, les années se suivent et se ressemblent. Dans le dernier rapport, pour l’année 2020-2021, Charanjivsingh Romooah, le directeur de l’Audit, affirme que 20% seulement des problèmes soulevés dans le rapport précédent, soit pour l’année financière 2019-2020, ont été réglés. Dans 20% des problèmes soulevés, des actions nécessaires ont été prises. Dans 56% des cas soulevés, des actions ont été initiées mais pas complétés. Enfin, dans 4%, aucune action n’a été prise.

La quarantaine sanitaire a coûté aux contribuables, Rs 658.6 millions dépensées en un an et demi (soit mars 2020 à octobre 2021.)

Bis repetita cette année, malgré un rapport accablant de l’Audit 2019-2020, dans les procédures de transparence concernant l'approvisionnement d’urgence d’équipements médicaux, le ministère de la Santé s'assied sur les failles et les lacunes. Concernant la quarantaine obligatoire et imposée par les autorités à la suite de la pandémie du Covid-19, le rapport de l’Audit de cette année fait état de Rs 198 millions qui n’a pas été certifié, ni vérifié par la Santé. Pire la base de données permettant d'avoir un semblant de contrôle n’a pas été mise à jour. 16 médecins ont bénéficié de Rs 10, 6 millions d'allocations pour avoir travaillé 100 jours dans les centres de quarantaine. Cerise sur le gâteau, l’Audit rapporte qu’il n’y a aucune preuve que ces médecins ont été sollicités pour travailler dans les centres de quarantaine. Le ministère de la Santé a contribué à hauteur de Rs 26,3 millions pour les services de quarantaine pour le personnel médical. La MTPA a reçu Rs 89,6 millions du COVID-19 Solidarity Fund.

Autre mauvaise surprise, une agence de voyages aurait laissé une ardoise non réglée des frais de quarantaine. Les hôteliers, n'auraient pas remboursé des tests PCR et autres coûts de Rs 5,2 millions.
Les frais de quarantaine des marins du MV Wakashio qui s'élèvent à Rs 635 000 n'ont à ce jour pas été réglés.

On découvre également que 101 policiers suspendus de leurs fonctions et qui font d'une enquête pour trafic de drogue, de meurtre et d'agression, ont bénéficié de Rs 24,3 millions de salaires. Le jackpot vient d'un officier de police suspendu pendant neuf ans, payé Rs 2,8 millions avant d’être limogé.

La liste s'allonge. A suivre...


 

Mardi 29 Mars 2022


1.Posté par Caro le 29/03/2022 20:02
Et bientôt l ardoise du « triste tsar » qui va venir depuis la Reunion!
Et ça va être salé!!!

2.Posté par Chatwa le 30/03/2022 14:45
Monsieur le premier ministre, alias ti crétin et Pinok 19.
Encore une fois , vous vous exprimez mal! Sa kass public la mo faire kuma dire mo propre l'argent sa et vous auriez du rajouter ; mo faire sa ki mo lé ek sa kass la, mo faire partage avec tout mo fami, mo banne minis surtout banne ki pli incompétents, pli volères et mo pisse lor zotte banne antipatriotes ki nek conne critik moi ek mo banne semblables.
Mo donne zotte bon lesson moi: Medpoint Angus Road par exemple mais pas sèleman sa
Mo banne meilleurs élèves Yogida ki passe so létemp prier dimane Bondié pardonne li , Bibitepal mo ministre la santé adoré, Gobin ek ène ta les autres gogotes batchiaras ankor
O fait ki sanne la inne organise suicide Kistnen hein

3.Posté par Seewoosagur le 30/03/2022 18:04
Quel menteur. Il détourne et gaspille l'argent public rentré dans les caisses grâce à notre travail quotidien.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.